Un dernier sondage publié mercredi soir redonne le "Brexit" vainqueur

le , mis à jour à 19:14
44

Les derniers sondages montrent un effritement de l'avance du ''maintien'' dans l'UE dans les intentions de vote des Britanniques.
Les derniers sondages montrent un effritement de l'avance du ''maintien'' dans l'UE dans les intentions de vote des Britanniques.

Le suspense perdure à la veille du référendum qui scellera le sort du Royaume-Uni au sein de l’UE. Les bookmakers comme les investisseurs restent largement convaincus que le "Brexit" n’aura pas lieu, et pourtant un dernier sondage publié mercredi en fin de séance à 17h30 redonne le "Brexit" vainqueur.

Chez les bookmakers, les prévisions se sont stabilisées depuis 48h. Le scénario du « maintien » du Royaume-Uni dans l’UE reste donné largement vainqueur, avec une probabilité quasi-invariable de 76% à quelques heures de l'ouverture du référendum.

Le même optimisme est de mise sur les marchés actions, qui poursuivent leur tendance haussière depuis le début de la semaine. En France, après son bond de +3,50% lundi, le CAC40 a encore gagné 0,61% mardi et 0,29% mercredi. De nombreux investisseurs se sont repositionnés à la hausse sur les marchés actions, considérant que le "Brexit" n’aura pas lieu après en avoir douté la semaine dernière.

La livre sterling s’est également raffermie, passant de 0,79 GBP pour 1 EUR en fin de semaine dernière à 0,77 GBP pour 1 EUR mercredi.

Douche froide

Pourtant, les investisseurs ont connu une douche froide en fin de séance. Un sondage Opinium publié à 17h30, soit juste avant la clôture des indices boursiers européens, redonne une avance au camp du ''Brexit'', avec 45% d'intentions de vote contre 44% pour le "maintien", et 11% d'indécis. Le sondage est particulièrement sérieux, ayant été réalisé sur un échantillon de 3.000 personnes, et donc considéré comme très représentatif de la population britannique. La publication a provoqué une chute en fin de séance de l'indice CAC40, qui gagnait plus de 1% à 17h30 avant de clôturer à +0,29% à 17h35.

Le camp du "maintien" était pourtant repassé largement en tête de certains sondages récents. Pour rappel, samedi soir, un sondage Survation pour le Mail on Sunday réalisé auprès d’un échantillon de 1.000 personnes donnait le « maintien » vainqueur avec 45% d’intentions de vote contre 42% pour le Brexit, et 13% d’indécis. La tendance était ainsi renversée par rapport au précédent sondage du même institut, publié seulement 3 jours plus tôt, avant l’assassinat de la député pro-européenne Jo Cox.

Lundi soir, la tendance s’était largement accentuée, avec un sondage ORB pour le Daily Telegraph donnant le « maintien » vainqueur avec 53% des intentions de vote contre 46% pour le « Brexit », et seulement 1% d’indécis. À noter que le sondage n’a été réalisé qu’auprès d’un échantillon de 800 personnes, laissant donc une marge d’erreur plus élevée sur les résultats obtenus.

Néanmoins, déjà mardi, les signaux d'une remontée du "Brexit" avaient pu être observés. Un sondage Survation pour le courtier IG, réalisé auprès de 1.000 personnes, redonnait les deux camps au coude-à-coude, avec 45% d’intentions de vote pour le « maintien » et 44% pour le « Brexit », avec 11% d’indécis.

À noter également que dimanche 19 juin, un sondage YouGov pour le Sunday Times redonnait le camp du « Brexit » vainqueur avec 44% d’intentions de vote contre 42% pour le « maintien », mais les sondages de YouGov, aux résultats très volatils d’une fois sur l’autre, sont considérés comme moins fiables que ceux réalisés par d’autres instituts de sondage.

D’après la moyenne des six derniers sondages réalisée par le site WhatUKThinks, éliminant les indécis, le camp du « maintien » ne compte toujours qu’une courte avance face au camp du « Brexit », à 51% d’intentions de vote contre 49%.

Les résultats définitifs seront connus dans la nuit de vendredi

La relative sérénité des bookmakers et des marchés peut surprendre dans ces conditions, mais le pari semble être pris que les actuels « indécis » des sondages se reporteront très majoritairement demain sur le choix du « statu quo » (en l’occurrence : un maintien dans l’UE), notamment après l’importante « contre-publicité » subie par le camp du « Brexit » suite aux événements du 16 juin.

La séance boursière de jeudi 23 juin s'annonce tendue bien que les résultats du vote ne pourront être connus que dans la nuit de jeudi à vendredi, et impacteront les marchés vendredi à l'ouverture.

Xavier Bargue (redaction@boursorama.fr)

Retrouvez tous les articles de la rédaction de Boursorama dans la rubrique dédiée.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M4358281 il y a 5 mois

    Manipulation ..seuls les books sont crédibles! Mais ces sondages on les a chez nous aussi

  • wanda6 il y a 5 mois

    La première mesure à prendre pour restaurer la France sera de faire juger ceux qui l'ont trahis. De Gaulle disait : " les élites françaises de tous temps n’ont jamais été patriotiques, seul le peuple l’est "

  • M2766070 il y a 5 mois

    l union fait la force ... sauf dans l UE , là c est pile l inverse.... vite sortir

  • M2766070 il y a 5 mois

    hightrek juncky vous offre combien pour votre hourra?

  • cesarski il y a 5 mois

    c'est totalement irresponsable les interventions de tous ces politiques qui surfent sur la peur, pour garder leur place et avantages, il faut leur dire qu'ils sont inaudibles après tout ce que l'on a comme situation aujourd'hui est le résultat de leur manque d'actions pour une meilleure Europe, maintenant c est trop tard ils ont eu leur chance maintenant dehors, on change

  • hornerd il y a 6 mois

    "Stupeur sur les marchés" : un titre qui fait sourire.

  • wanda6 il y a 6 mois

    https://www.upr.fr/actualite/europe/brexit-le-film

  • wanda6 il y a 6 mois

    hightrek : Si on résume, tout ce qui s'oppose à l'establishment, la pensée unique, sera taxé de populiste. Démocratie = Démos cratos (le pouvoir du peuple).

  • GR207 il y a 6 mois

    Grossière manipulation pour effrayer et pousser les indécis et tous ceux convaincus du bremain à aller voter pour le maintien. D'ailleurs le cac en hausse ce matin montre bien que le bremain est dans la boite.

  • M1945416 il y a 6 mois

    a force de leur faire peur, je pari que les anglais vont voter , comme on leur dit et rester en europe … et même si c'était le brexit , ce sera comme notre non au référendum , les politiques vont l'arranger à leur sauce