Un derby vraiment nul

le
0
Un derby vraiment nul
Un derby vraiment nul

Dans un derby londonien d'une grande tristesse, Chelsea et Tottenham se sont quittés sur un match nul et vierge. Malgré Hazard et Kane, les deux équipes se sont distinguées par leur manque d'ambition et restent respectivement 14 et 5e.

Chelsea FC 0–0 Tottenham Hotspur FC


La mine est sérieuse, le regard vide. Isolé, seul parmi les siens. Insensible au bruit des supporters qui scandent son nom. C'est l'histoire d'un homme double vainqueur de la Ligue des champions, d'un coach détenteur de tous les championnats dans lesquels il est passé, d'un entraîneur considéré un temps comme le meilleur du monde. C'est l'histoire d'un winner devenu looser, d'un Special One bien loin d'être Happy, d'un technicien qui a oublié son intelligence, d'un meneur qui a perdu son leadership, d'un capitaine de navire abandonné par ses soldats. Le maitre du jeu n'a plus la clé. De toute sa carrière, José Mourinho, écharpe nouée autour du cou, n'a jamais paru aussi impuissant. Ses choix semblent dictés par le désespoir. Et ils ne font plus aucune différence. Car si ses Blues n'ont pas démérité et obtenu un point contre des Spurs favoris de la rencontre, ils n'ont jamais paru capables de gagner. Ils se contentent désormais de matchs nuls, comme les petites équipes. Après ce triste derby dépourvu de but, Chelsea est quatorzième de Premier League, son adversaire du jour cinquième.

Un Chelsea sang neuf

Côté Spurs, pas de surprise dans la compo de départ. Seul Alli, suspendu, est absent. Dembele recule d'un cran pour prendre sa place. Mourinho, lui, a décidé d'innover. Et pas dans de petites proportions : avec Costa sur le banc, le Special One choisit carrément de jouer sans véritable attaquant de pointe. Pour profiter de la vitesse et le dynamisme des petits gabarits Hazard, Willian et Pedro ? Et/ou mettre ces profils à disposition des passes et de la technique d'Oscar et Fàbregas ? Un peu moins de muscles pour plus d'agilité, en tout cas.
Les premières minutes sont marquées par une grosse pression signée Tottenham, qui s'accapare du même coup la possession de balle. Les Blues ont du mal à récupérer le cuir sans faire de fautes et s'organiser pour donner du boulot à Lloris, malgré les jambes et l'envie de Pedro. Hazard, qui n'a toujours pas marqué en Premier League, tente bien de se montrer ; sans succès. En face, Kane est chaud et montre au Mou qu'avoir un vrai numéro neuf dans son onze, c'est quand même…



Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant