Un derby est-il né à New-York ?

le
0
Un derby est-il né à New-York ?
Un derby est-il né à New-York ?

Pour la troisième fois de la saison, le New-York Red Bulls et le New-York City FC se sont retrouvés face à face sur le terrain. Un match que tout le monde considère déjà comme un derby, sans vraiment savoir si la définition d'un tel événement colle à cette confrontation.

Lorsqu'en 1790, le douzième comte de Derby, Edward Stanley, inventa le Derby d'Epsom, une des courses hippiques les plus prestigieuses au monde, il ne se doutait sans doute pas de la signification que prendrait le nom de sa ville. Aujourd'hui, plus de deux siècles plus tard, un derby est défini comme "une rencontre sportive entre deux villes géographiquement voisines, ou une rencontre entre les deux cadors d'un même championnat." Les exemples les plus probants sont légion en Europe. Le Old Firm, entre le Celtic Galsgow et les Rangers, le derby de la Merseyside, entre Liverpool et Everton, le derby mancunien, entre City et United, le derby romain, entre la Lazio et la Roma, les matchs entre Lyon et Saint-Étienne, et tant d'autres, sont de nombreux exemples montrant que le football est propice aux rivalités géographiques. Si on connaît essentiellement les derbys européens, les championnats étrangers clament eux aussi haut et fort l'existence de plusieurs rencontres hautement symboliques. A New-York, depuis la création de la franchise du New-York City FC, on n'hésite plus à parler de derby à chaque match entre les Red Bulls et le nouveau club. A raison. Ou à tort.

Trop jeune pour être intéressant ?


"Ce n'est pas un derby. Nos rivaux sont les joueurs de D.C. United. Il n'y a aucune histoire entre les Red Bulls et City. C'est juste que nous partageons la même ville", expliquait Bradley Wright-Phillips, l'attaquant du NYRB dans des propos repris par la BBC. "Mais je suis certain que dans les années à venir, il y aura une très grosse rivalité. C'est pour ça que c'est excitant", concluait-il. Et c'est peut-être ici que s'oppose deux visions de ce qu'on appelle un derby. S'il est accepté dans la définition universelle comme un match opposant deux équipes géographiquement proches, alors il n'y a pas de doute : New-York tient son derby. Si on creuse un peu, en revanche, force est de constater que la plupart des confrontations qui servent d'exemple pour définir le mot derby puisent leurs origines dans des rivalités plus que géographiques. La rivalité entre les clubs de Glasgow, par exemple, peut s'expliquer par des facteurs religieux, le Celtic regroupant la population catholique de la ville, à l'inverse des fans des Rangers, plus connus pour être Protestants.

Ces opposition ne se créent pas du jour au lendemain. Les antagonismes entre deux clubs…




Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant