Un derby de Madrid sans spectacle, pas sans suspens

le
0
Un derby de Madrid sans spectacle, pas sans suspens
Un derby de Madrid sans spectacle, pas sans suspens

Dans un combat plus tactique que technique, l'Atlético, pas malheureux, et le Real, dominateur mais tombé face à un os nommé Oblak, se quittent dos à dos. Un score nul et vierge qui promet un match retour bouillant, à défaut d'avoir offert un spectacle brillant lors de cette première manche.


Atlético - R. Madrid
(-1--1)




Jan Oblak a tout de l'anti-star. Sa grande carcasse et ses épaules rentrées forment pourtant le grand bonhomme de ce derbi madrileño, remake de la dernière finale lisboète. Ironie de l'histoire, le premier déplacement européen de la saison lui avait été fatal. Sur le pré de l'Olympiakos, le portier slovène avait enchaîné bévues et hésitations. Sans pitié, Diego Simeone l'avait placé à ses côtés, sous la guérite. Jusqu'à la blessure de Moya, sorti prématurément face au Bayer Leverkusen, seul son statut de gardien le plus onéreux du football espagnol le qualifiait. Sauveur lors de la séance de penaltys face aux Teutons, il a récidivé ce mardi dans un Vicente Calderon rendu muet par le premier acte des Merengues. Plus que ses parades décisives, face à Gareth Bale ou James Rodriguez, Oblak a dégagé une sérénité tout en contraste par rapport à ses coéquipiers, méconnaissables dans leur manque d'engagement. Terminé sur un score nul et vierge, ce premier opus entre les frères ennemis de la capitale offre autant de regrets aux Madridistas, dominateurs contrariés, que d'espoirs aux Colchoneros, en souffrance mais au coude à coude pour la qualification. Une qualification qui se décidera dans une semaine avec le Santiago Bernabéu en guise de théâtre.
Un Calderon muet, un public apeuré
"Deux nuls peuvent faire l'affaire". Carlo Ancelotti est maître dans l'art de communiquer sourire en coin. De cette affirmation, chaque badaud présent au Vicente Calderon s'attend à un match fermé, aux nerfs. Raté. Premier à frapper dès la seconde minute, son Real Madrid rend inoffensif le voisin du sud de la capitale. Symbole de cette frilosité, Godin foire son dégagement. Gareth Bale active le mode buffle, s'avance devant Oblak qui offre son épaule pour remporter ce face à face. Le début du show slovène, également celui des ennuis pour les Colchoneros. Avec un James et un Modric à hauteur de Kroos, les milieux de Simeone sont perdus, car sans marquage. La possession, loin d'être stérile, permet aux…









Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant