Un député de la Réunion veut obliger l'Etat à pêcher les requins

le
1
UN DÉPUTÉ DE LA RÉUNION VEUT OBLIGER L'ÉTAT À PÊCHER LES REQUINS
UN DÉPUTÉ DE LA RÉUNION VEUT OBLIGER L'ÉTAT À PÊCHER LES REQUINS

PARIS (Reuters) - Le député MoDem de la Réunion Thierry Robert a annoncé mardi la saisine en urgence du tribunal administratif de Saint-Denis dans le but d'obliger l'Etat à prendre des mesures pour endiguer la prolifération présumée des requins sur les plages de l'île.

Une adolescente de 15 ans qui se baignait en baie de Saint-Paul, sur la côte ouest de la Réunion, a été tuée lundi par un requin, portant le bilan des attaques par des squales à cinq morts depuis 2011 dans l'île.

En mai dernier, Thierry Robert avait signé un arrêté municipal encourageant la pêche aux requins et proposant l'achat des prises par la commune de Saint-Leu, dont il est le maire.

Mais cet arrêté a été suspendu par le tribunal administratif de la Réunion début juin, suite à un recours d'associations de protection de l'environnement.

Une action est pendante devant le Conseil d'Etat pour rétablir cet arrêté, mais devant la lenteur de cette procédure, le député MoDem a décidé d'engager une nouvelle action.

"On ne peut pas rester les bras croisés", a-t-il déclaré mardi lors d'un point presse. "La Réunion, c'est un tout petit territoire, c'est pour cela qu'aujourd'hui j'ai décidé d'engager ce combat", a-t-il ajouté, estimant que l'accident intervenu lundi aurait pu se produire dans sa commune.

Outre les conséquences humaines de la recrudescence des attaques de requins, Thierry Robert souligne leur impact néfaste sur l'économie du pays, notamment sur le tourisme.

Patrice Spinosi, avocat de Thierry Robert, doit saisir dans la soirée le tribunal administratif de Saint-Denis par voie d'un référé dit liberté, c'est-à-dire d'extrême urgence. Une audience devrait avoir lieu d'ici la fin de la semaine.

"FORCER L'ETAT À AGIR"

Ce référé, qui aura pour objet d'enjoindre à l'Etat de prendre des mesures pour limiter la présence de requins sur les côtes, proposera le "prélèvement systématique" des requins bouledogues, soupçonnés d'être à l'origine des attaques, afin de "déranger leur sédentarisation" dans la zone, a-t-il dit.

"Il faut forcer l'Etat à agir", a dit Patrice Spinosi.

Les modalités de la chasse au requin (taille des animaux, nombre d'individus à pêcher, etc.) devront être définies par l'administration en cas de décision positive du tribunal.

Si elle n'est pas interdite, la pêche au requin n'est plus beaucoup pratiquée à la Réunion depuis 2009, la commercialisation des principales espèces consommées étant interdite en raison d'un risque de contamination par la ciguatera, une toxine dangereuse pour l'homme.

Thierry Robert s'était déjà signalé l'an dernier en pointant du doigt la réserve marine créée en 2007 à La Réunion, devenue selon lui "un garde-manger pour les requins".

Les scientifiques estiment qu'aucun lien ne peut être établi entre la création de cette réserve, où la pêche reste autorisée sur une large superficie, et la recrudescence d'attaques.

Mais le préfet de la Réunion, Jean-Luc Marx, avait indiqué en mai dernier que le bilan provisoire d'une étude constatait "un déséquilibre de l'écosystème marin qui pourrait conclure à l'intérêt d'une régulation de la population de requins".

Chine Labbé, édité par Yves Clarisse

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • manx750 le mardi 16 juil 2013 à 19:37

    Quelle horreur ! pêcher des animaux innocents qui participent de la biodiversité ? Qui en plus aide Gaïa, notre planète vivante qui souffre tant des méfaits de l'Homme depuis son apparition magique, à détruire utilement des humains qui osent défier notre mère vivante la Mer, nourricière, en osant tremper des corps viciés dans une nature propre! scandale !