Un député de gauche : «On fait du Sarkozy, en pire»

le
0
VIDÉO - Député radical de gauche du Calvados, Alain Tourret, 65 ans, a piqué un coup de colère mercredi en commission des lois contre les cadences de travail imposées à l'Assemblée. Cet avocat, spécialiste du droit du travail, s'explique.

LE FIGARO. - Vous avez dénoncé mercredi «les conditions de travail insupportables» des députés. Pourquoi ce coup de gueule?

Alain TOURRET. - Nous travaillons à un rythme effréné et, donc, mal. J'ai calculé: au moment des débats sur le Mariage pour tous, en février, j'ai siégé 250 heures dans l'hémicycle! Et cela ne va pas s'arranger. Ce ne sont pas moins de vingt-cinq textes qui arrivent pour la session spéciale de juillet. Encore un exemple de nos cadences infernales: lundi, on a siégé de 16h à 1h30 du matin, mardi, on a commencé par les réunions de groupes à 8h30 puis on a siégé de 16h30 à 2h40, mercredi, la journée a débuté à 9h30 pour s'achever à 1h40 du matin... Qui peut su...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant