Un déficit budgétaire de 31 milliards d'euros à la fin mars

le
5
LE DÉFICIT BUDGÉTAIRE S'EST CREUSÉ
LE DÉFICIT BUDGÉTAIRE S'EST CREUSÉ

PARIS (Reuters) - Le déficit du budget de l'Etat français à fin mars s'est creusé à 31,0 milliards contre 29,4 milliards d'euros un an plus tôt, selon les données publiées mardi par le ministère du Budget.

Dans un communiqué, le ministère du Budget souligne que cet écart tient pour l'essentiel à la perception, début 2012, de 2,6 milliards d'euros de recettes liée à l'attribution des licences de téléphonie mobile "4G".

Mais les dépenses sur les trois premiers mois de l'année atteignent 90,2 milliards d'euros, soit 3,5% de plus qu'au premier trimestre 2012, malgré une baisse de 7% de la charge de la dette de l'Etat, à 2,6 milliards, grâce à la faiblesse des taux de refinancement de la France.

Les dépenses de personnel progressent de 1,9% à périmètre constant par rapport à 2012 et le prélèvement sur recettes au profit de l'Union européenne s'élève à 8,9 milliards au 31 mars, soit 1,1 milliard de plus qu'un an plus tôt.

Dans le même temps, les recettes n'ont augmenté que de 2,2% à 69,6 milliards contre 68,2 milliards un an plus tôt, et ce malgré la forte hausse des prélèvements prévue dans la loi de finances 2013.

Les recettes fiscales nettes ont augmenté de 3,3% à périmètre constant, à 68,0 milliards. En recul sur les deux premiers mois de l'année, les rentrées de TVA progressent de 1,6%, à 33,6 milliards, mais le produit de la taxe intérieure de consommation sur les produits énergétiques a plongé de 12,9%.

L'impôt sur le revenu enregistre pour sa part un bond de 9,3% à 18,6 milliards.

Le gouvernement prévoyait dans la loi de finances 2013 de ramener les déficits publics, dont le déficit budgétaire est la principale composante, à 3% du PIB en fin d'année, un objectif auquel il a renoncé avec le feu vert de la Commission européenne en raison de la faiblesse de la croissance en ce début d'exercice.

Cet objectif reposait sur un déficit budgétaire ramené à 62,3 milliards d'euros à fin 2013 contre 87,2 milliards en 2012.

Le gouvernement prévoit maintenant un déficit public à 3,7% du PIB cette année sur la base d'une croissance limitée à 0,1%, des hypothèses déjà jugées trop optimistes par Bruxelles.

Yann Le Guernigou

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • dmorvan4 le mardi 7 mai 2013 à 09:47

    Voilà combien coute au pays, le clientélisme ciblant les fonctionnaires (du plus eptit au plus haut), et alimenté par l'activité du privé.

  • frk987 le mardi 7 mai 2013 à 09:42

    Ils sont sur la bonne voie les socialos, on va vers les 5% de déficit, mais avec un sursis de 2 ans.... tout va bien.

  • van-cail le mardi 7 mai 2013 à 09:27

    Enorme!!!!!

  • mlaure13 le mardi 7 mai 2013 à 09:20

    .../...LES DEUX...mon Capitaine ?!!!...

  • marshaka le mardi 7 mai 2013 à 09:12

    Nos "Zamis" journalistes découvrent qu'en augmentant les impôts et les taxes, les français dépensent moins et donc la TVA rentre moins ! Sont ils débiles où passent ils leurs temps à nous mentir !

Partenaires Taux