Un défi aux quartiers pour doper la participation en 2017

le
0
    STRASBOURG, 18 avril (Reuters) - Des jeunes des quartiers 
difficiles de Paris, Lyon et Marseille ont relevé le défi lancé 
par ceux du Neuhof à Strasbourg, qui ont organisé un concours 
pour réaliser le meilleur taux de participation au premier tour 
de la présidentielle de 2017. 
    L'idée de ce "challenge citoyen" est née au lendemain du 
premier tour des élections régionales de décembre 2015 quand les 
responsables et les jeunes du centre socio-culturel (CSC) du 
Neuhof ont découvert que 80% des électeurs s'étaient abstenus 
dans certains bureaux. 
    "On constate que les quartiers dits prioritaires votent 
beaucoup moins que les autres quartiers de la ville. On s'est 
dit :'Pourquoi ne pas faire quelque chose sur l'ensemble de la 
France'", a expliqué lundi Patrick Roger, président du CSC, lors 
d'une conférence de presse. 
    Le challenge sera ouvert "à tous les Quartiers populaires de 
France, classés en zone Quartier Prioritaire de la Ville (QPV), 
dont le nombre d'habitants est supérieur ou égal à 5.000". 
    La première étape à franchir sera celle des inscriptions sur 
les listes électorales, pour lesquelles le Neuhof a l'idée de 
bureaux mobiles qui, avec ordinateur et clé 4G, iraient au pied 
des immeubles pour inscrire les citoyens en ligne. 
    Le quartier dont le nombre d'inscrits sur les listes aura le 
plus augmenté et qui aura enregistré le plus fort taux de 
participation au lendemain du premier tour des présidentielles 
sera déclaré vainqueur du challenge. 
    Ceci étant, "le but n'est pas d'être les meilleurs mais de 
monter aux jeunes qu'ils ont leur place dans la démocratie", a 
précisé Patrick Roger. 
    L'opération est soutenue localement par la ville de 
Strasbourg et par l'Etat. La sous-préfète à la ville du 
Bas-Rhin, Milada Pantic, s'est engagée à "trouver de l'argent au 
niveau national" pour doter le challenge. 
    Dans une étude publiée en septembre 2012, l'Insee soulignait 
que le taux d'inscription sur les listes électorales était plus 
faible chez les non diplômés, les ouvriers et employés, les 
chômeurs et les Français d'origine étrangère, toutes catégories 
surreprésentées dans les quartiers prioritaires. 
 
 (Gilbert Reilhac, édité par Yves Clarisse) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant