Un datacenter wireless qui émet moins de gaz à effet de serre

le
0
Certaines entreprises pointées du doigt par Greenpeace pour leurs fortes émissions de gaz à effet de serre pourraient être intéressées par ce dispositif.
Certaines entreprises pointées du doigt par Greenpeace pour leurs fortes émissions de gaz à effet de serre pourraient être intéressées par ce dispositif.

La technologie sans fil adaptée aux énormes data-centers pourrait grandement arranger certains gros poissons de l'informatique.



C'est à l'Université Cornell, située dans l'État de New York (États-Unis), que des informaticiens ont mis au point une installation sans fil pour les centres de données du cloud computing, une façon de stocker et de traiter des données via Internet. Ce nouveau système de gestion des données baptisé Cayley Data Center - du nom du mathématicien Arthur Cayley, dont le travail a inspiré sa conception - se répand de plus en plus à travers le monde, même si Google vantait il y a deux mois dans son livre blanc les économies d'énergies considérables réalisées par l'entreprise grâce au cloud computing (NDLR : entre 68 et 87 % selon sa direction).


L'oeuvre de l'Université de Cornell repose sur deux différences majeures : un émetteur-récepteur sans fil de 60 gigahertz conçu par Georgia Tech basé sur des puces peu coûteuses, et la disposition en elle-même dans de grandes tours de données. Précisons que les serveurs ne sont pas de « classiques » grandes tours carrées, mais des tours rondes et empilées comme un gâteau à étages, ce qui permet une meilleure transmission des données.



Data-centers et gaz à effet de serre



« Dans un centre de données classique, les serveurs sont empilés dans des racks carrés comme des boîtes de pizza dans un camion de livraison. Au-dessus de chaque pile il y a un "switch" - une boîte assez chère, qui consomme énormément d'énergie et qui envoie des signaux sur les fils vers d'autres serveurs, en fonction de leurs adresses électroniques [...] Ici, au lieu de dépendre des commutateurs, les serveurs font leur propre routage, basé sur l'emplacement physique de la destination », ont détaillé les spécialistes dans un communiqué relayé par nos confrères du site Internet américain Treehugger.com.


Le système permettrait de réduire d'un douzième la consommation électrique grâce à l'absence de fils électriques et à un meilleur rendement. À l'heure où les grands noms de l'informatique, d'Apple à Intel, redoublent d'efforts pour limiter leur consommation d'énergie et donc les émissions de dioxyde de carbone (CO2) de leurs data-centers, soit en améliorant les systèmes de refroidissement, soit en délaissant les énergies fossiles au profit d'énergies renouvelables, il devrait rapidement trouver des acheteurs.


Lire la suite
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant