Un cyclone balaye l'île yéménite de Socotra

le
0

ADEN, Yémen, 2 novembre (Reuters) - Un puissant cyclone, phénomène rarissime dans la région du Golfe arabo-persique, a tué trois personnes et fait une centaine de blessés lundi sur l'île yéménite de Socotra, rapportent les autorités locales et des habitants. Le cyclone charrie des vents de 160-185 km/h et se dirige vers le port de Moukalla, contrôlé par les djihadistes d'Al Qaïda, où il devrait toucher terre mardi matin, a déclaré l'Organisation météorologique mondiale (OMM), basée à Genève. Baptisé Chapala, il devrait toutefois s'atténuer dans les six prochaines heures, passant de la catégorie "extrêmement sévère" à la catégorie "très sévère", selon l'OMM. Selon Mohamed Alarqbi, du Bureau de l'environnement de Socotra, les villages côtiers de l'île ont été balayés par des pluies torrentielles. "Environ 1.500 familles ont fui vers l'intérieur et les montagnes. Il n'y a absolument aucune aide venant de l'extérieur", a-t-il dit. Située en mer d'Arabie, d'une superficie comparable à celle de Majorque aux Baléares, l'île de Socotra compte quelque 50.000 habitants. Elle est connue entre autres pour abriter des centaines de plantes endémiques. Eloignée des rives de la péninsule arabique, Socotra est encore plus isolée du reste du Yémen depuis la guerre civile entre les rebelles chiites houthis et les troupes loyales au gouvernement du président Abd-Rabbou Mansour Hadi, soutenu par les autres puissances du Golfe. A Moukalla, un habitant contacté par téléphone, Mohammed Ba Zouhair, a déclaré que le front de mer avait été dévasté par une vague de plusieurs mètres de hauteur. "Beaucoup de gens ont quitté leurs maisons et cherché refuge dans les écoles. Ni le conseil tribal ni Al Qaïda ne fournissent d'aide et la situation est très mauvaise", a-t-il dit. Sur un compte Twitter qui n'a pu être authentifié, un combattant djihadiste a diffusé des photos montrant un convoi de pick-up, baptisé "équipe de secours", patrouillant dans la soirée de dimanche le long du front de mer. "Dieu nous protège, les vents ne sont pas normaux à Moukalla, puisse le Seigneur nous délivrer", déclare cet homme, du nom de Laïss al Moukalla. (Noah Browning, Mohammed Mukhashaf, Mohammed Ghobari, avec Tom Miles à Genève; Jean-Stéphane Brosse pour le service français, édité par Marc Angrand)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant