Un coup de bistouri dans le secret médical ?

le , mis à jour à 09:20
1
Un coup de bistouri dans le secret médical ?
Un coup de bistouri dans le secret médical ?

Fini, le secret médical ? Un décret publié le 22 juillet permet désormais à de nombreux professionnels, dont certains ne travaillent pas dans le domaine de la santé, d'accéder aux informations contenues dans le dossier médical d'un patient. La liste figure dans ce décret qui fait suite à la loi de santé. On y trouve pêle-mêle les ostéopathes, chiropracteurs, psychothérapeutes, aides médico-psychologiques, mais aussi les assistants de services sociaux, accompagnants éducatifs et sociaux, assistantes maternelles et familiales, salariés des lieux de vie... Des intervenants non soumis au secret médical et qui n'ont pas prêté serment.

 

De quoi agacer certains médecins attachés au sacro-saint secret dont le non-respect est puni d'un an d'emprisonnement et de 15 000 € d'amende. « On ouvre la boîte de Pandore, s'inquiète le docteur Didier Le Vaguerès, président de la Fédération des médecins de France de l'Essonne. Ne soyons pas naïfs, c'est le début de la fin du secret médical, dont ne vont pas manquer de profiter les payeurs que sont les complémentaires santé. » « Que viennent faire là-dedans les chiropracteurs, les assistantes maternelles... Une fois que ces gens auront des informations forcément sensibles, qui garantit qu'ils ne la diffuseront pas ? » proteste de son côté Jean-Paul Hamon, président national de la FMF.

 

Le patient peut s'opposer à la transmission des informations

 

Au ministère de la Santé, on relativise : « Jusque-là, le partage d'informations avec des non-professionnels de santé se faisait de façon orale et n'était pas légal. Ce décret rend le partage légal, il l'encadre strictement et rappelle que le patient peut toujours s'y opposer. Ce partage se fait dans l'intérêt du patient, pour mieux le prendre en charge et faire remonter du terrain des informations importantes. De toute façon, les médecins restent maîtres de l'information à partager.  »

VIDEO. ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • vazi il y a 3 mois

    a quand l'accès libre à l'information financière sur les individus de tout poil, vu que ce qui est de caractère médical le devient