Un contrôle de l'AMF coûte 500 000 euros à Carmignac Gestion

le
1
(NEWSManagers.com) - L'AMF a publié sur son site un accord de composition administrative conclu avec la société Carmignac Gestion. La maison de la place Vendôme versera la somme de 500 000 euros à la suite d'un audit mené par l'autorité de tutelle entre l'été 2008 et l'été 2010.

Trois reproches ont été adressés à la société de gestion. Essentiellement sur l'information et le contrôle interne de la société. Ainsi, le premier grief concerne les fonds Carmignac Patrimoine et Carmignac Investissement, sur lesquels le régulateur a relevé une information insuffisante concernant ses stratégies sur les produits dérivés. Et ce d'autant que ces derniers ont constitué des moteurs de performances importants durant la période considérée.

Le deuxième reproche de l'AMF a porté sur les fonds profilés de la gamme et sur le fonds Carmignac Latitude sur lesquels des opérations sur produits dérivés complexes ? options sur volatilité, options à barrières sur euro/dollar - ont été menées et où un déficit d'information a également été constaté.

Le troisième reproche concernait l'effectif humain dédiée aux contrôles des risques, une seule personne y étant affecté à l'époque de l'examen menée par le régulateur et non deux comme cela était prévu. D'autre part, l'Autorité a estimé que, pour un certain nombre de fonds ayant recours à des produits dérivés, un calcul des risques selon la méthode probabiliste de la " value at risk" aurait été nécessaire.

Dans un autre registre, l'AMF a aussi regretté qu'un contrôle sur l'évolution de la liquidité des obligations n'ait pas été mis en place.

Interrogé par Newsmanagers, Eric Le Coz, directeur général adjoint de la société a tout d'abord reconnu que l'AMF avait été dans son rôle et que Carmignac Gestion entendait assumer ses responsabilités. " Dès fin 2010, début 2011, tous les points relevés par l'AMF ont été corrigés" , a insisté Eric le Coz. " Concernant le premier reproche" , a t-il détaillé, " nous communiquons depuis sur l'exposition au risque de nos portefeuilles et sur la constitution de la performance. En outre, à propos du deuxième point souligné par l'AMF, les options qui s'inscrivent dans le cadre des opérations sur produits dérivés réputés complexes avaient été achetées par la société de gestion de telle sorte que le risque encouru par les clients était juste limitée à la prime."

Concernant le troisième reproche, " le dispositif dédié au contrôle interne compte désormais six personnes dont trois au contrôle du risque" , a ajouté Eric Le Coz, " et nous disposons de notre propre système de contrôle interne nous permettant de mener nos propres stress test, le tout ayant été de surcroît revu et renforcé depuis l'an dernier."

Enfin, le directeur de la gestion a tenu à rappeler qu'aucun client n'avait été lésé durant cette période. " Bien au contraire" , a-t-il précisé...

Reste que la transaction de 500 000 euros peut paraître élevée et ce, d'autant qu'elle est le fruit d'une négociation. Sur ce point, Eric Le Coz a indiqué que " le montant est à mettre en regard avec les fonds propres de Carmignac Gestion de 1,2 milliard d'euros, et des encours sous gestion de 52 milliards d'euros" . Mais, a-t-il conclu, " il faut reconnaître que l'on assiste aussi à un relèvement général des transactions imposées en Europe et que les négociations sont désormais nettement plus âpres" .

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • uran le mardi 25 sept 2012 à 12:44

    En gros il a pris des risques, les clients ont gagné de l'argent. L'AMF a dit c'est pas bien. Difficile de se faire une idée, mais la sanction peut paraître sévère. D'un autre coté une seule personne pour le contrôle des risques c'est peu et surtout bien imprudent. D'un autre coté Kerviel était contrôlé par plusieurs personnes ... incompétentes !