Un Conte d'effets

le
0
Un Conte d'effets
Un Conte d'effets

C'est loin d'être féerique, fantastique, enchanteur, mais le jeu proposé par Conte lui ressemble. Rigueur tactique, régimes militaires, greffes capillaires, pragmatisme... Voilà sa méthode. Et pour le moment, ça fait son effet.

60. Comme le nombre de ballons touchés par Witsel et Nainggolan en 90 minutes. Autant dire un jeûne forcé pour les deux supposés sources de créativité belge. On parle d'un match référence pour l'Italie de Conte. À raison. La partition jouée par les onze disciples de l'homme à la greffe capillaire était quasiment parfaite. Un modèle de rigueur, de solidarité et "d'esprit d'équipe" si cher à l'ancien de la Juve. Car le plan était simple. Enfermer les deux créatifs belges entre une ligne de deux attaquants avancés et une densité maximum au milieu de terrain.

Really enjoyed the Italian shape out of possession. Very very effective and well drilled. #ITA #EURO2016 pic.twitter.com/U9FvT1nD0L

— The Analysts Eye (@TheAnalysisVids) 13 juin 2016
Résultat : les centraux belges sont obligés d'allonger sur Fellaini esseulés et de rendre le ballon. Ou bien d'écarter sur ses deux ailiers, Hazard et De Bruyne, et de tomber dans le piège italien. L'apparente passivité est un leurre qui se transforme en harcèlement soudain, une fois le ballon proche de la ligne de touche. Ainsi, un maximum de ballons récupérés à moindre effort et rejoués au plus vite vers l'avant. Et là aussi, offensivement, c'est à peu de choses près le même pragmatisme : du jeu direct, de la concentration et du réalisme.

Défaite = mort


Ça ne fait pas tout à fait rêver, mais la méthode Conte a fait ses preuves. En Italie en tout cas, il est l'homme qui a atteint les 102 points avec la Juventus, en 2014. Une vraie saison de porc qu'il a construite à coups de discipline. La preuve le 9 février de cette année-là, alors que la Juve marche sur la Serie A, ses joueurs font l'erreur de concéder le nul à l'extérieur contre le Hellas. Il leur sucrera donc une journée de repos et tentera de les remobiliser immédiatement. Il n'a jamais hésité non plus à passer une soufflante à Gianluigi Buffon, au moins aussi vieux que lui. Et au final, cette saison-là,…





Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant