Un consensus à l'UMP, mais pour combien de temps ?

le
0
L'UMP a adopté un plan de sortie de crise après la démission de Jean-François Copé.
L'UMP a adopté un plan de sortie de crise après la démission de Jean-François Copé.

Les trois mousquetaires se sont imposés : Jean-Pierre Raffarin, François Fillon et Alain Juppé ont réussi à faire adopter leur plan de sortie de crise, accepté in extremis par les différentes - et nombreuses - écuries de présidentiables à l'issue de négociations qui ont duré jusqu'à mardi après-midi. Les trois hommes assureront donc bien la direction transitoire du parti. Le député de la Haute-Marne Luc Chatel, dont la nomination en tant que président de transition était réclamée par les sarkozystes, obtient finalement le poste de secrétaire général aux côtés du trio. Face aux réticences d'Alain Juppé et de François Fillon, les menaces de Jean-Pierre Raffarin, plus intéressé par la présidence du Sénat que par la présidence de la République, ont pesé dans la balance. Les responsables de l'UMP ont ainsi pu verser dans le triomphalisme après des jours de tractations mouvementées, de petites phrases assassines et de lutte d'influence.

"Le compromis a satisfait tout le monde"

"Le compromis qui a été adopté à l'unanimité a satisfait tout le monde", "l'important était de trouver un consensus", "l'ambiance du bureau politique n'était pas tendue", pouvait-on entendre mardi soir de la bouche des différents sergents-majors du parti présents au bureau politique. "Une belle soirée pour l'UMP", se félicitait encore François Fillon sur son blog à l'issue de la réunion. Il faut dire que les membres du bureau politique avaient...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant