Un complément alimentaire donné aux vaches contre le réchauffement climatique

le
0
Un complément alimentaire donné aux vaches contre le réchauffement climatique
Un complément alimentaire donné aux vaches contre le réchauffement climatique

Elles n'ont rien demandé, mais sont souvent accusées de participer au réchauffement climatique. Il faut dire que nos vaches, en se nourrissant puis en digérant, produisent environ 44% des émissions mondiales de méthane résultant des activités humaines (selon l'Organisation des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture), à travers leurs rots et pets.

Des scientifiques ont trouvé une solution pour limiter ces émissions de gaz à effet de serre : un complément alimentaire donné aux vaches laitières a permis de diminuer de 30% les émissions de méthane.

Les vaches éructent pour survivre 

La fermentation dans la panse des bovins, des moutons et des chèvres (une des quatre cavités de leur estomac) produit du méthane qui résulte de l'action de micro-organismes dans la digestion. Pour survivre, ces animaux doivent éructer ces gaz. C'est ainsi que les vaches laitières émettent de 450 à 550 grammes de méthane par jour.

Or, les scientifiques ont récemment découvert qu'une substance baptisée 3-nitrooxypropanol (3-NOP) développée par la firme néerlandaise DSM Nutritional Products était capable de bloquer une enzyme nécessaire à la formation du méthane dans la panse. Donnée en complément alimentaire aux vaches, cette substance n'affecte pas leur digestion.

Aucun risque pour leur santé

Cette recherche menée pendant trois mois dans des étables de la Penn State University (Pennsylvanie, est des Etats-Unis) avec 48 vaches de race Hosltein, a également montré que ce nouvel inhibiteur de méthane avait permis un gain de poids 80% supérieur aux animaux du groupe de contrôle. Ce gain de masse corporelle s'explique par le carbone qui n'a pas été utilisé dans la formation de méthane que l'organisme a mis à profit pour produire plus de tissus.

En outre, la quantité d'aliments consommée n'a pas diminué tout comme la capacité des bovins à digérer des fibres. Leur santé n'a pas non plus été affectée, ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant