Un commissaire européen moqué pour ses déclarations sur les photos de stars nues

le
0
Un commissaire européen moqué pour ses déclarations sur les photos de stars nues
Un commissaire européen moqué pour ses déclarations sur les photos de stars nues

Le grand oral de Günther Oettinger devant le Parlement européen lundi est loin d'avoir rassuré la presse allemande sur ses compétences. Désigné commissaire européen à l'Economie numérique, l'Allemand essuie les moqueries des journalistes outre-Rhin après ses déclarations pour le moins approximatives sur les photos piratées de stars nues.

«Quand une célébrité est assez stupide pour prendre une photo d'elle nue et la mettre sur le web, elle ne doit pas s'attendre à ce que nous la protégions. On ne peut pas complètement protéger les gens de leur propre bêtise», a-t-il répondu à une question sur les mesures à prendre pour une meilleure protection des internautes.

Ce membre de l'Union chrétienne-démocrate (CDU) d'Angela Merkel faisait référence au scandale des clichés de stars dénudées comme Jennifer Lawrence, Kate Upton, Avril Lavigne ou Kim Kardashian et qui circulent depuis début septembre sur la toile. En fait, stockées sur des serveurs informatiques, elles avaient été piratées et mises en ligne et n'ont donc pas été volontairement postées par les intéressées, comme le rappelaient lundi plusieurs journaux allemands.

Günther Oettinger «n'a rien compris»

Günther Oettinger «ne fait pas la différence entre une attaque de pirates informatiques sur des données conservées sur un serveur et la publication intentionnelle de photos sur internet par des stars», a relevé le quotidien Abendblatt ce mardi, qualifiant ces déclarations de «faux pas».

De son côté, «Der Spiegel» n'y est pas allé de main morte. L'hebdomadaire estime que Günther Oettinger «prouve qu'il n'a rien compris» à l'affaire. Les stars dont les photos ont été piratées «ne sont pas coupables et ne sont pas non plus stupides», commente le magazine, ou alors Oettinger pense-t-il peut-être que «les victimes de cambriolages dans le monde réel sont aussi en partie coupables».

La vraie question est de savoir s'il «veut ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant