Un commandant rebelle tué par l'EI dans le sud de la Syrie

le
0
    AMMAN, 9 juin (Reuters) - Un commandant d'une faction 
rebelle soutenue par la coalition conduite par les Etats-Unis 
est mort après avoir été visé par une attaque-suicide attribuée 
à l'Etat islamique, a-t-on appris jeudi auprès de plusieurs 
sources proches des insurgés. 
    Ces sources ont rapporté que Salim Bakour, un ancien colonel 
de l'armée syrienne, avait été tué lorsque qu'un combattant de 
l'Etat islamique a activé sa ceinture d'explosifs après s'être 
introduit dans une base située près de la frontière 
irako-jordanienne. 
    Il a été enterré jeudi à Amman. 
    Salim Bakour a fondé l'Alliance du front sud de l'Armée 
syrienne libre qui s'est illustrée en mars dans les combats 
menés contre l'Etat islamique lorsque ses combattants ont été 
chassés de Palmyre par les forces gouvernementales appuyées par 
la Russie. 
    Une source rebelle a expliqué que Salim Bakour avait 
également joué un rôle crucial en avril, repoussant une 
offensive de l'organisation djihadiste au nord de Damas. 
    "Le martyr est un des dirigeants les plus rudes à avoir 
combattu Daech. Nous promettons de les combattre jusqu'à la 
fin", a déclaré à Reuters Issam el Raïes, porte-parole de la 
faction que commandait Salim Bakour. 
    Salim Bakour était également membre du Haut Comité des 
négociations (HCN), principale formation de l'opposition 
représentée dans les négociations que l'Onu tente de conduire. 
 
 (Suleiman Al-Khalidi,; Nicolas Delame pour le service français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant