Un coaching payant pour Benoît Sirouet

le
0
Un coaching payant pour Benoît Sirouet
Un coaching payant pour Benoît Sirouet

Benoît Sirouet, où en est l'équipe des Blacks Panthers de Thonon-les-Bains ?Nous sommes montés en Elite en 2005. C'est plutôt récent. Le club est très familial et très soudé. Les joueurs se côtoient également en dehors du terrain et sont très proches. On a la chance d'avoir un entraîneur qui a amené un plus à l'équipe et ça a porté ses fruits. C'est vrai que l'on a fait un mauvais début de saison, notamment à cause des conditions météorologiques où on s'est entraîné dans un gymnase pendant deux mois. Avec un budget de 400 000 euros, on n'a pas d'énormes possibilités de recrutement et comme Thonon-les-Bains est une petite ville (ndlr : 30 000 habitants), sans université, il est difficile de faire de la formation.Justement, concernant le coaching chez les Blacks Panthers, comment avez-vous remonté la pente ? Le coach (ndlr : Larry Legault) a réussit à fédérer les joueurs. Il leur fait partager son amour de ce sport. C'est vraiment un plaisir de travailler avec lui. A un moment donné, on s'est posé les bonnes questions, Larry a su sortir les mots au bon moment pour remonter la pente. Sans Larry, ce club serait différent. Le coach a bien su utiliser les outils mis en place par l'équipe dirigeante. Un petit mot sur cette demi-finale qui vous a permis d'atteindre cette finale du championnat?C'est vrai que l'on a rapidement pris le large face aux Dauphins de Nice (victoire 28 à 7 des Blacks Panthers de Thonon-les-bains) puisque l'on menait 14-0 après quelques minutes de jeu. Nice avait fait le choix de mettre le Quaterback américain sur le banc car il était blessé, cela leur a sûrement fait défaut. La demi-finale était plus serrée que ce que le score ne reflète.Propos recueillis par Brice Laithier

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant