Un chef de la LRA appelle les rebelles à déposer les armes

le
0

(Répète titre) KAMPALA, 12 janvier (Reuters) - Dominic Ongwen, un commandant de l'Armée de libération du seigneur (LRA) en rébellion contre le gouvernement ougandais, a appelé lundi ses hommes à se rendre aux autorités, ajoutant avoir été gracié par le président Yoweri Museveni. Ce chef rebelle, qui est recherché par la Cour pénale internationale pour crimes contre l'humanité, est retenu en République centrafricaine par des soldats américains qui participent à la lutte contre la LRA, selon l'Ouganda. Dans un appel diffusé par une radio centrafricaine, en partie retransmis à la télévision ougandaise NTV, Dominic Ongwen s'adresse directement aux combattants de la LRA, appelant même certains par leurs noms, en les exhortant à déposer les armes. "Le chef de l'Etat a promis de me pardonner", dit-il. "Je suis maintenant un homme libre en dépit des poursuites de la CPI contre moi. Si je peux revenir, qu'en sera-t-il pour vous qui n'êtes pas poursuivis?", ajoute-t-il. L'Ouganda a pardonné à quelque 13.000 anciens rebelles de la LRA depuis le vote d'une loi d'amnistie en 2000, mais on ignore si cette dernière sera appliquée dans le cas d'Ongwen. La LRA est apparue à la fin des années 1980 dans le nord de l'Ouganda, qu'elle a quitté il y a une dizaine d'années pour se disperser en République démocratique du Congo, au Soudan du Sud et en RCA. (Elias Biryavarela; Jean-Stéphane Brosse pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant