Un chauffard mis en examen après l'accident de Toulouse

le
0

par Jean Décotte

TOULOUSE (Reuters) - Le conducteur présumé de la voiture qui a tué un adolescent à moto samedi à Toulouse a été présenté mardi à un juge en vue de sa mise en examen pour homicide et blessures involontaires aggravées, a annoncé le procureur de la République de la ville.

Le pilote du deux-roues, âgé de 14 ans, est mort peu après son transfert à l'hôpital samedi soir. Son passager, un garçon de 10 ans, a été gravement blessé, mais le procureur Michel Valet a fait état de "nouvelles encourageantes" le concernant.

Le conducteur avait pris la fuite après l'accident, survenu dans le quartier populaire du Mirail et était activement recherché dimanche lorsqu'il s'est rendu au commissariat de Toulouse, 24 heures après les faits.

Cet homme de 48 ans circulait sans permis et a, selon les premiers éléments de l'enquête, commis une "faute caractérisée" en coupant la route de la moto, a précisé le procureur lors d'une conférence de presse.

"Il est présenté en ce moment devant le juge d'instruction et la notification de sa mise en examen va intervenir dans les minutes qui viennent", a-t-il indiqué. Le parquet a requis son placement en détention.

La peine encourue pour homicide involontaire aggravé d'un délit de fuite et d'une conduite sans permis est de 10 ans de prison et 150.000 euros d'amende. Celle pour blessures involontaires aggravées est de 5 ans et 75.000 euros d'amende.

L'homme, qui s'était vu retirer son permis en 2003 après avoir perdu tous ses points, a déjà été condamné à quatre reprises pour des délits routiers entre 2001 et 2008. Il avait également été condamné pour vol aggravé et violences.

Le magistrat a indiqué que les deux victimes, montées sur une moto Derby de 49,9 cm3, étaient parfaitement en règle.

"Du côté des occupants du deux-roues, du pilote en particulier, aucune faute. Ils étaient porteurs de leur casque tous les deux", a-t-il souligné.

Le passager de la moto a été blessé à la tête, au thorax, au bras droit et à la jambe gauche mais le procureur s'est montré plutôt optimiste quant à son état.

La conducteur est revenu sur les lieux de l'accident dans l'heure qui a suivi la collision "mais il ne s'est surtout pas arrêté" alors que "tout montrait que c'était très grave", a-t-il dit en estimant que "tout laisse penser qu'il a cherché à fuir ses responsabilités".

Edité par Yves Clarisse

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant