Un château atypique qui change d'apparence à chaque angle

le
0

EN IMAGES - C’est un bien très peu commun et capricieux : selon l’angle auquel vous décidez de le regarder, ce château change complètement d’identité architecturale. Il est en vente pour 4,3 millions de dollars.

«Est-ce bien le même château?», vous demanderez-vous probablement en voyant différentes photos de ce bien très atypique. Il mêle vieilles pierres, formes design, et autres détails qui écartent toute chance de lui donner un qualificatif précis. On s’y perd. Et c’est tant mieux: au Figaro Immobilier, nous adorons partager avec vous ce genre de découvertes improbables, dénichée sur le site Zillow.com. Situé dans les collines du Vermont, aux États-Unis, ce château - que l’on pourrait qualifier d’hybride - est en vente pour 4,3 millions de dollars (3,6 millions d’euros). Intéressé?

Un mas provençal? Non. Un loft à la décoration épurée, baigné de lumière. Un peu! Un château médiéval? Stop. Cet édifice multiplie les codes architecturaux, qu’il rassemble en un patchwork un peu indigeste. Perché dans les collines sur un terrain d’une centaine d’hectares qui offrent une vue imprenable sur les forêts du Vermont, ses 750 mètres carrés habitables contiennent sept chambres et six salles de bain. La plupart des pièces sont circulaires.

Un granit local fait rayonner la façade

Sous un angle en particulier, le château baptisé «Grahall» par ses propriétaires - qui en sont aussi les constructeurs - se montre particulièrement étincelant: celui de sa façade que l’on pourrait prendre pour un escalier. Elle est construite avec un granit local appelé «Glimmerstone». Sous un autre angle, on distingue une large tour recouverte de baies vitrées, qui abrite une vaste pièce à vivre circulaire baignée de lumière, et un grand escalier métallique qui mène à l’unique étage supérieur.

«Il s’agit d’un espace de création, avec des portes rondes, carrées, des hauteurs sous plafonds qui varient selon les pièces. Idem pour les variations de lumière», décrit Graham, le propriétaire des lieux. Un château expérimental, donc. Et la cerise sur le gâteau: le rooftop situé en haut du «donjon».

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant