Un chalutier italien brièvement capturé au large de la Libye

le
0

(Actualisé avec l'intervention de la marine, migrants, contexte) ROME/PALERME, Italie, 17 avril (Reuters) - La marine italienne a repris vendredi le contrôle d'un bateau de pêche italien capturé dans la nuit par des inconnus au large des côtes libyennes, annonce le ministère de la Défense à Rome. Des marins italiens chargés de la surveillance et de la sécurité de la zone sont montés à bord de l'Airone et en ont pris le contrôle, indique le ministère. Le chalutier, parti du port de Trapani, à la pointe ouest de la Sicile, se trouvait à 90 km au large de la ville libyenne de Misrata quand il a été capturé, ajoute-t-il. Sept marins-pêcheurs - trois Italiens et quatre Tunisiens - se trouvaient à bord. "Il est probable qu'il s'agisse d'un acte de piraterie, parce que le remorqueur qui a approché le chalutier ne portait aucun insigne du gouvernement libyen", a déclaré Francesco Mezzapelle, porte-parole de l'association des pêcheurs de Mazara del Vallo. La zone située entre l'Italie et les côtes libyennes est devenue ces dernières années l'un des principaux points de passage des migrants venus d'Afrique ou du Moyen-Orient qui tentent de franchir la Méditerranée pour arriver en Europe. Environ 13.000 migrants ont été secourus ces deux dernières semaines par la marine italienne et un millier ont péri noyés depuis le début de l'année. Vendredi, un canot gonflable transportant une soixantaine de migrants d'Afrique noire a été remorqué par un bâtiment italien jusqu'à l'île sicilienne de Lampedusa. La plupart des passagers souffraient de graves brûlures. Ils ont expliqué avoir été victimes de l'explosion d'une bonbonne de gaz avant leur départ. "Ils nous ont dit qu'ils se trouvaient dans l'un des endroits où les trafiquants retiennent les migrants et les réfugiés avant de les mettre sur les bateaux. Une bonbonne a explosé, tuant plusieurs personnes et en blessant beaucoup d'autres", a déclaré Barbara Molinario, porte-parole du Haut Commissariat des Nations unies pour les réfugiés. "Les trafiquants ne leur ont pas permis de partir et d'aller à l'hôpital. Ils n'ont pas été soignés pendant plusieurs jours avant de grimper sur un bateau." Des enfants ainsi qu'une femme de 25 ans sont morts sur l'embarcation, ont dit les autorités. La veille, quinze passagers de confession musulmane ont été arrêtés pour meurtre après avoir été accusés par d'autres compagnons d'infortune d'avoir jeté douze chrétiens à la mer lors d'une rixe. ID:nL5N0XD4Q3 (Antonio Denti avec Roberto Landucci à Rome; Henri-Pierre André et Jean-Stéphane Brosse pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant