Un cessez-le-feu fragile est entré en vigueur dans l'est de l'Ukraine

le
0
Un cessez-le-feu fragile est entré en vigueur dans l'est de l'Ukraine
Un cessez-le-feu fragile est entré en vigueur dans l'est de l'Ukraine

La violence des affrontements entre les forces de Kiev et les rebelles pro-Russes, quelques heures seulement avant l'entrée en vigueur du cessez-le-feu, avait renforcé les craintes de voir cette trêve aussi peu respectée que les précédentes. Mais, dans les heures suivantes, le cessez-le-feu semblait respecté dans l'est de l'Ukraine, notamment à Donetsk et sur les fronts de Debaltseve (65 km au nord-est de Donetsk et) Marioupol (port sur la mer d'Azov).

Le président russe Vladimir Poutine, son homologue ukrainien Petro Porochenko, le président français François Hollande et la chancelière allemande Angela Merkel feront ensemble dimanche un «premier point» sur l'application du cessez-le-feu, selon la présidence française. Samedi, Vladimir Poutine avait réaffirmé, lors d'un entretien téléphonique avec François Hollande et Angela Merkel, son attachement au respect du cessez-le-feu.

Le cessez-le-feu est entré en vigueur à 23 heures (heure de Paris). L'accord conclu jeudi à Minsk à l'issue d'une nuit de négociations entre les dirigeants d'Ukraine, Russie, Allemagne et France prévoit que Kiev et les rebelles ont deux jours après l'entrée en vigueur du cessez-le-feu pour commencer à retirer leurs armes lourdes de la ligne de front. Il s'agit de la première étape d'un plan de paix destiné à mettre fin à un conflit qui a fait plus de 5.500 morts en dix mois dans l'Est de l'Ukraine. 

Les armes se sont tues à Donetsk, Marioupol et Debaltseve. De fréquentes rafales d'armes automatiques ont été entendues à Donetsk peu avant l'entrée en vigueur du cessez-le-feu, mais pas de tirs d'artillerie, selon des journalistes de l'AFP sur place. Puis des sources militaires ont confirmé que le cessez-le-feu était respecté à Marioupol et Debaltseve. Dans la journée samedi, des combats acharnés avaient eu lieu autour du noeud ferroviaire de Debaltseve et des échanges d'artillerie avaient fait trois morts au centre de ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant