Un casse-tête nommé Cavani

le
0
Un casse-tête nommé Cavani
Un casse-tête nommé Cavani
Après une saison dans le couloir droit, Edinson Cavani va rentrer de vacances avec l'envie de retrouver l'axe. Mais sera-t-il entendu ? Laurent Blanc et les dirigeants du PSG doivent envisager trois scénarii.

Comment faire briller les deux étoiles offensives du PSG ? Voilà l'une des missions de Laurent Blanc dans les prochaines semaines à l'heure où Zlatan Ibrahimovic a retrouvé le groupe parisien et en attendant le retour début août d'Edinson Cavani. La saison dernière, les deux attaquants superstar ont globalement bien cohabité, affichant des statistiques très satisfaisantes pour une première année commune : seize buts pour l'Uruguayen, vingt-six pour le Suédois. Mais tout n'a pas été idyllique sur le front de l'attaque. Une complémentarité loin d'être évidente, du mal à se trouver dans le jeu et surtout le positionnement côté droit de Cavani qui a fait beaucoup parler. L'ancien joueur de Naples n'a pas caché son agacement lors d'une deuxième partie de saison très moyenne. Et surtout son envie de retrouver l'axe, condition à peine masquée pour le voir poursuivre l'aventure avec le PSG. Dans ce contexte, Laurent Blanc va-t-il devoir modifier ses plans et abandonner un 4-3-3 qui a fait ses preuves l'an dernier ? S'il n'en est pas question pour le moment, l'entraîneur parisien ne manque pas de solutions tactiques pour faire évoluer son équipe. Et on peut imaginer trois scénarii pour régler le dossier Cavani.

1. Un changement tactique
S'il a brièvement conservé le 4-4-2 d'Ancelotti à son arrivée, Laurent Blanc a vite posé sa patte sur le PSG en adoptant un 4-3-3 bien plus équilibré. Souci avec ce schéma : le positionnement dans le couloir droit d'Edinson Cavani. L'Uruguayen, qui défend énormément, a parfaitement joué le jeu tout au long de la saison. Et en repiquant dans l'axe dans les phases offensives, il a souvent été en position de marquer, tout en libérant de l'espace dans son couloir. Acceptera-t-il ce rôle cette année ? La tendance était plutôt négative avant le Mondial. Ce qui impliquerait donc un changement tactique de la part de Laurent Blanc.

Peut-on dès lors imaginer un retour au 4-4-2 avec deux joueurs offensifs (Lucas-Lavezzi) dans les couloirs devant les deux latéraux ? Si ce schéma permettrait d'associer Cavani et Ibrahimovic dans l'axe, il pousserait Laurent Blanc à se priver de l'un de ses joueurs du milieu. Et on voit mal l'entraîneur parisien renvoyer sur le banc Verratti, Matuidi ou Thiago Motta. S'il veut conserver ce trio, l'ancien sélectionneur des Bleus pourrait en revanche opter pour un 3-5-2. Marquinhos, David Luiz et Thiago Silva seraient associés en défense, à moins que Thiago Motta ne soit préféré à l'un des Brésiliens avec un rôle de sentinelle positionnée très bas entre deux défenseurs.

Un schéma que Laurent Blanc a déjà testé la saison dernière et qui offre un autre avantage : permettre à Pastore d'intégrer le milieu derrière les deux attaquants. Les deux grands perdants de ce 3-5-2 sont évidemment les joueurs offensifs de couloir puisque ce rôle serait davantage dévolu à van der Wiel et Maxwell. Or on le sait, Laurent Blanc attend énormément de Lucas cette saison. On peut donc imaginer une variante très offensive (David Luiz, Thiago Silva, Maxwell - Thiago Motta, Matuidi, Verratti, Lucas, Lavezzi - Ibrahimovic, Cavani) mais ce PSG-là serait forcément en difficulté derrière.

2. On prend presque les mêmes et on recommence
C'est évidemment la solution de facilité : repartir avec le 4-3-3 qui a fait ses preuves l'an dernier et s'appuyer sur ce schéma qui permet au PSG de s'assurer une large possession du ballon. Surtout, Laurent Blanc continuerait de bâtir son équipe autour de Zlatan Ibrahimovic, son meilleur joueur. Il faudra donc convaincre Cavani de repartir pour une saison sur un côté, tout en sachant que c'est un poste qu'il occupe régulièrement en sélection. En cas de blessure du Suédois, Cavani pourrait évidemment retrouver l'axe, un rôle qui lui est promis quand il s'agira d'assurer la relève d'Ibra...

3. Au revoir Cavani ?
A l'heure du fair-play financier, le PSG a besoin de vendre avant de recruter. Et les joueurs concernés par un départ moyennant un gros chèque ne sont pas nombreux. Verratti et Lucas ne sont pas sur le marché, Lavezzi et Pastore n'ont pas une valeur marchande colossale... En fait, seule la vente de Cavani permettrait de remplir considérablement les caisses. Des discussions sont d'ailleurs en cours entre l'agent de l'Uruguayen et les dirigeants de Manchester United, disposés à mettre près de 80 M¤ sur la table. Un départ qui permettrait de faire venir Serge Aurier (Toulouse) et surtout Angel Di Maria (Real Madrid). On sait que le président Nasser Al-Khelaïfi apprécie beaucoup Cavani et qu'il n'entend pas le laisser partir. Mais c'est peut-être aussi l'une des nouveautés de ce PSG désormais surveillé par l'UEFA : accepter de vendre quelques bons joueurs pour en faire venir d'autres.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant