Un Caravage a-t-il été découvert dans un grenier en France ?

le
0
Un Caravage a-t-il été découvert dans un grenier en France ?
Un Caravage a-t-il été découvert dans un grenier en France ?

Un tableau découvert dans le grenier d'une maison de la région de Toulouse (Haute-Garonne) en 2014, pourrait être une version inédite du tableau «Judith décapitant Holopherne» du peintre italien Michelangelo Merisi, dit Le Caravage (1571-1610). Dans le doute et en attendant son expertise, un arrêté de la ministre de la Culture, paru le 31 mars au journal officiel, a refusé le certificat d'exportation du tableau «Judith et Holopherne», une huile sur toile réalisée entre 1600 et 1610, d'une grande valeur artistique. Selon le ministère, en effet, la toile mérite «d'être retenue sur le territoire comme un jalon très important du caravagisme, dont le parcours et l'attribution restent encore à approfondir».

Les experts sont partagés

Selon une source proche du dossier, «les experts sont partagés sur l'attribution de ce tableau au Caravage». «La toile a été découverte par les propriétaires d'une maison de la région de Toulouse, en avril 2014, en ouvrant une sous-pente pour maîtriser une fuite d'eau», raconte le cabinet d'expertise parisien Eric Turquin. Elle a ensuite transité par l'étude d'un commissaire-priseur toulousain, qui a fait appel au cabinet Turquin comme expert.

Le premier tableau exposé à Rome

L'existence du tableau était connue «par une copie d'époque attribuée à Louis Finson», peintre flamand contemporain du Caravage, ajoute le cabinet qui organise un conférence de presse, mardi à Paris, pour présenter la toile. Le tableau «montre Judith, grande héroïne biblique, veuve de la ville de Béthulie, qui a accepté de rejoindre sous sa tente Holopherne, général de Nabuchodonosor, qui assiège la cité», précise encore le cabinet Turquin. Caravage avait, en effet, peint deux fois cette scène biblique. La première toile, réalisée à Rome, est exposée à la Galerie nationale d'Art ancien du Palais Barberini, la seconde, peinte à Naples, avait disparu depuis le début du XVIIe siècle.

Une œuvre ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant