Un candidat à la présidentielle afghane dénonce l'audit électoral

le
0

KABOUL, 26 août (Reuters) - Abdullah Abdullah, l'un des deux candidats à l'élection présidentielle en Afghanistan, a menacé mardi de se retirer de la procédure de vérification menée sous l'autorité de l'Onu et visant à déterminer la validité de ce scrutin contesté. Cet audit électoral fait partie d'un accord conclu grâce à la médiation des Etats-Unis alors qu'Abdullah Abdullah et son rival Ashraf Ghani revendiquent tous deux la victoire dans cette élection qui doit désigner le successeur au président Hamid Karzaï. "La procédure d'invalidation est une farce et il n'y a pas de volonté de se débarrasser des votes frauduleux", a commenté Fazel Ahmad Manawi, conseiller d'Abdullah Abdullah, s'exprimant devant la presse à Kaboul. "Je vous annonce aujourd'hui que si nos demandes ne sont pas acceptées avant demain matin, nous ne continuerons plus cette procédure et aucun résultat n'aura de valeur pour nous", a-t-il ajouté. Afin de mettre fin au contentieux entre les deux candidats, la Commission électorale indépendante doit écarter ou "invalider" les votes jugés frauduleux au cours d'un examen de quelque huit millions de bulletins. La tension qui entoure cette élection laisse craindre la résurgence d'un conflit civil de même nature que celui qui avait fait rage dans les années 90 et avait conduit à l'arrivée au pouvoir des taliban. (Pierre Sérisier pour le service français) ;))

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant