Un Camp Nou Celeste

le
0
Un Camp Nou Celeste
Un Camp Nou Celeste

Premier contre premier. Uruguayen contre Uruguayens. Pour cette finale, bien avant l'heure, de Liga, Blaugranas comme Colchoneros s'apprêtent à s'appuyer sur leurs hommes forts de la Céleste. Car Diego Godin, José Maria Giménez et Luis Suarez sont bien plus que de simples bons joueurs. Ils sont avant tout les garants du fameux "supplément d'âme" indispensable à tout succès.

À Madrid, le mois de septembre dernier s'entame par un duel en haute altitude. Le Vicente Calderon, bouillant, reçoit alors le champion blaugrana avec une velléité des plus prononcées. Une atmosphère électrique qui, par ricochet, atteint le pré et ses acteurs. Les accrochages s'enchainent, les brouilles deviennent légions et Mateu Lahoz, pourtant grand pédagogue du corps arbitral, est contraint de hausser le ton. Au coeur de chacune de ces querelles, Luis Suarez et Diego Godin s'échangent quelques taquets et autres amabilités. Aux "concha de tu madre" du Pistolero, le central répond par des caresses en trompe l'oeil. Cette scène se répète à l'infini quatre-vingt-dix minutes durant. Quelques mois plus tôt, José Maria Giménez, lui aussi international uruguayen et tour de contrôle colchonero, reçoit les mots doux de la pointe barcelonaise. Ces duels peupleront de nouveau le Camp Nou en ce samedi, mais ne font oublier ni l'amitié ni l'estime qui lient ces trois larrons. Trois Charrúas qui marquent profondément les identités pourtant si opposées entre Culés et Matelassiers. Quitte à les rapprocher.

"Tu as une voiture sur Madrid ?"


Lorsque Luis Suarez apparait comme la dernière pièce rapportée du luxueux puzzle blaugrana, Diego Godin et, à un degré moindre, José Maria Giménez sont apparentés à des meubles du Vicente Calderon. Débarqué il y a de ça cinq ans et demi de Villarreal, Diego Godin est comme son deuxième prénom l'indique, Leal - loyal en VF - à l'Atlético. Pièce primordial, si ce n'est vital, du système testostéroné des Rojiblancos, il forme l'une des conditions sine qua non de la prolongation longue durée de Diego Simeone du côté du Manzanares. Aujourd'hui capitaine bis du leader ex-aequo de la Liga, il transpire par tous ses pores la Garra Charrúa. Une certaine idée du sacrifice et du courage estampillée par les locos de Montevideo qui fait mouche auprès du peuple obrero et populaire propre au sud de la capitale espagnole. "Il est sur le chemin pour faire partie du clan des grands centraux de l'Atlético. Diego est expéditif et a du caractère pour s'imposer dans le vestiaire et dans les tribunes", abonde Adelardo, mythique capitaine de bord du Calderon. Pour le Cholo, "seuls Koke et Godin font office d'intransférable".

Adulé par tout un peuple et autant…




Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant