Un câble sous la Baltique fait rêver les centres de données de Finlande

le
0
Un câble sous la Baltique fait rêver les centres de données de Finlande
Un câble sous la Baltique fait rêver les centres de données de Finlande

Réputée pour ses hivers rigoureux et ses étés à la fraîche, la Finlande ne figurera jamais parmi les destinations favorites des amateurs de soleil. En revanche, elle tire son épingle du jeu grâce aux géants de la technologie, comme Google et Microsoft, en quête de solutions efficaces pour refroidir leurs serveurs qui hébergent des téraoctets de données du monde entier."Nous pouvons enfin utiliser à notre avantage un climat froid, une société tranquille et un peu ennuyeuse", sourit Petteri Järvinen, auteur de multiples livres sur les hautes technologies.L?ascension rapide d'Internet et de l'économie numérique a provoqué une demande exponentielle de stockage de données.En 2009, Google a acheté une ancienne usine à papier à Hamina, près de la frontière russe, pour y construire un centre de données qui se refroidit avec les eaux de la Baltique.À l'automne 2013, Microsoft, qui était en train d'acheter l'ancien numéro un mondial des téléphones portables Nokia, a annoncé qu'il allait investir 185 millions d'euros pour bâtir le sien dans le nord du pays.Le géant informatique américain vient de supprimer 18.000 emplois dans le monde entier, frappant la Finlande de plein fouet, avec la disparition de plus de 1.000 postes. À présent, Helsinki place tous ses espoirs dans le projet d'un câble de fibre optique - long de 1.000 km - sous la mer Baltique. - Des câbles pour des clients - Le gouvernement finlandais, qui vient d'essuyer deux ans de récession, veut redonner au pays son attractivité économique et le câble qui reliera la Finlande à l'Allemagne pourrait être la solution.Le ministre du Développement international Pekka Haavisto espère qu'il contribuera à revigorer l'industrie technologique d'un pays encore traumatisé par la chute de Nokia.Quand les projets du câble ont été révélés l'an dernier, M. Haavisto a laissé entendre qu'il pourrait être relié à d'autres pays, via la Finlande, pour permettre un ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant