Un "Brexit" pénaliserait la livre, pas l'euro, dit Regling (MES)

le
0
    BRUXELLES, 5 février (Reuters) - Une sortie de la 
Grande-Bretagne de l'Union européenne pénaliserait la livre 
sterling mais n'aurait pas d'impact sur l'euro, a déclaré 
vendredi le directeur général du Mécanisme européen de stabilité 
(MES). 
    "Je souhaite vivement que le Royaume-Uni reste dans l'UE et 
je pense (qu'un "Brexit") serait une grosse perte mais étant 
donné que le Royaume-Uni n'est pas membre de la zone euro (...), 
je ne vois pas d'impact sur l'euro, sur la zone euro", a dit 
Klaus Regling lors d'un forum financier à Bruxelles. 
    "Je vois un impact négatif sur le Royaume-Uni, sur le taux 
de change, sur la volonté des investisseurs étrangers d'y aller, 
parce qu'ils veulent un accès au marché unique, donc 
malheureusement je pense que cela aurait un gros impact sur le 
Royaume-Uni", a-t-il ajouté. 
    Un "Brexit" pourrait faire chuter la livre sterling de 15% à 
20% et risquerait d'assécher les flux de capitaux nécessaires au 
financement du déficit des comptes courants, écrivait jeudi 
Goldman Sachs dans une note à la clientèle.   
    Pierre Moscovici, commissaire européen aux Affaires 
économiques et monétaires, a déclaré jeudi que l'exécutif 
européen n'avait pas tenu compte, pour établir ses dernières 
prévisions économiques, d'un éventuel "non" des Britanniques au 
maintien dans l'UE parce que ce scénario n'était pas envisagé 
par Bruxelles. 
    Les partisans d'une sortie de l'Union européenne devancent 
de neuf points ceux qui prônent le maintien de la 
Grande-Bretagne au sein du bloc communautaire, montre un sondage 
YouGov publié vendredi par The Times. Cet écart est le plus 
important depuis que le principe d'un référendum a été acté, 
l'été dernier.   
     
 
 (Jan Strupczewski; Patrick Vignal pour le service français, 
édité par Marc Angrand) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant