Un Brésilien aux commandes d'une OMC en panne

le
0
INFOGRAPHIE - L'Organisation mondiale du commerce est en panne. Minée par ses dissensions, elle est de plus en plus battue en brèche par la multiplication des accords de libre-échange bilatéraux.

C'est une double révolution. La désignation, mercredi, du Brésilien Roberto Azevedo à la tête de l'Organisation mondiale du commerce (OMC) consacre tout à la fois la montée en puissance d'un continent, l'Amérique latine, sur la scène internationale et le nouveau poids des pays émergents dans le monde.

Roberto Azevedo prendra ses fonctions le 1er septembre pour succéder à Pascal Lamy, qui achèvera le 31 août deux mandats consécutifs de quatre ans. Mais jusqu'au bout la lutte aura été acharnée. Jamais l'OMC n'avait connu autant de candidats. Neuf étaient en lice en janvier, Brésil, Costa Rica, Corée du Sud, Ghana, Indonésie, Jordanie, Nouvelle-Zélande, Kenya, Mexique. Tous des pays en voie de développement, sauf un. Et, pour finir, ce sont deux Latino-Américains...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant