Un boycott turc pénaliserait la France mais aussi la Turquie

le
0
Alors qu'Ankara projette de grandes privatisations, les menaces turques de boycott pourraient pénaliser des grandes entreprises françaises. Mais les patrons locaux s'inquiètent également.

Les menaces provenant d'Ankara sont à peine voilées. Si les parlementaires français votent la proposition de loi pénalisant la négation des génocides, notamment arménien, les rétorsions turques pourraient porter sur les échanges économiques. Des associations de consommateurs pourraient lancer des boycotts des produits français et les autorités pourraient écarter les groupes hexagonaux des appels d'offre publics.

Pas sûr toutefois que des appels à ne pas acheter français aient des effets. «Ce type de rétorsion n'a jamais fonctionné», estime Dorothée Schmid, spécialiste de la Turquie à l'Institut français des relations internationales (Ifri). La Turquie n'est que la 11ème destination des exportations françaises. Les ventes générées dans le pays par les groupes français représentent pour ces derniers rarement plus de 2% de leur chiffre d'affaires. D'autre part, la France vend à la Turquie beaucoup de produits industriels, peu sensibles aux boycotts grands pu

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant