Un « Bon Gros Géant », bien lourdaud

le
0
Ruby Barnhill et Mark Rylance dans « Le Bon Gros Géant  » réalisé par steven Spielberg .
Ruby Barnhill et Mark Rylance dans « Le Bon Gros Géant  » réalisé par steven Spielberg .

Le film de Steven Spielberg présenté samedi au festival de Cannes, hors compétition, se révèle bien moins subtil que le roman de Roald Dahl, dont il est tiré.

Steven Spielberg a beau faire partie des cinéastes américains les plus importants de notre époque (l’excellent Pont des espions le prouvait encore il y a peu), ce Bon Gros Géant n’en relève pas moins la part la moins intéressante de son œuvre. Celle des produits de pure circonstance, comme Hook (1991) ou Les Aventures de Tintin (2011), d’un savoir-faire indéniable, mais dont la logique spectaculaire prime sur le reste, débitant du merveilleux au kilomètre et relayant une idée très générique de l’enfance. Un comble pour un cinéaste dont les fêlures infantiles furent longtemps la matière première.

Adapté d’un roman du célèbre Roald Dahl (auquel on doit, entre autres, Charlie et la chocolaterie ou Les Gremlins), ce nouveau film épouse la forme du conte : un soir, une orpheline insomniaque surprend une ombre immense, celle d’un géant se faufilant dans les rues de Londres. Celui-ci l’enlève et l’installe dans sa tanière, au Pays des Géants. Non pas pour la manger, comme le font ses congénères, mais pour tromper sa solitude et lui montrer son cabinet d’alchimiste. Car cet immense escogriffe, aux allures de vieillard gouailleur, n’est autre qu’un « cultivateur » de rêves. Des songes qu’il récolte dans une contrée connue de lui seul, afin de les souffler, la nuit venue, dans les oreilles des humains endormis.

Artillerie lourde Il n’y a pas grand-chose à dire de cette grosse machine hollywoodienne qui profite d’un tel argument pour étaler ses couches d’effets numériques, dessinant...

Retrouvez cet article sur LeMonde.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant