Un blogueur tunisien condamné pour insulte à l'armée

le
0

TUNIS, 20 janvier (Reuters) - Un blogueur tunisien a été condamné mardi par un tribunal militaire à un an de prison pour insulte à l'armée, a-t-on appris auprès de son avocat. Le procès de Yassine Ayari, figure du cyber-activisme sous l'ancien régime de Zine ben Ali, a été suivi de près par les militants tunisiens des droits de l'homme qui craignent pour les libertés conquises lors du soulèvement de janvier 2011, point de départ du mouvement des "printemps arabes". Son avocat, Malek Ben Amor, a indiqué que son client avait été condamné pour "avoir insulté l'armée et porté atteinte au moral des troupes après des commentaires sur Facebook critiquant les résultats du ministre de la Défense". Aucune réaction n'a pu être obtenue auprès de l'armée. Fils d'un officier tué par des islamistes armés en 2011, Ayari a été arrêté le mois dernier à son retour de Paris. Quatre ans après la "révolution de jasmin", la Tunisie a achevé sa transition avec l'élection en novembre d'un nouveau parlement et, en décembre, d'un nouveau président, Béji Caïd Essebsi, qui a exercé de hautes responsabilités sous Habib Bourguiba puis Ben Ali. L'alliance laïque Nidaa Tounès, dont il était le candidat, est arrivée elle en tête des législatives. Elle compte dans ses rangs des figures de l'ancien régime. Une partie de la population tunisienne voit dans cette double victoire un retour vers le passé. "Il y a bien sûr des inquiétudes pour la liberté d'expression quand un civil est jugé par un tribunal militaire", a commenté la blogueuse Lina Ben Mhenni. "Mais je ne sais pas si cela a à voir avec Nidaa Tounès ou l'ancien régime, puisque le gouvernement n'a pas encore été nommé." (Tarek Amara; Henri-Pierre André pour le service français, édité par Tangi Salaün)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant