Un bijoutier se tire une balle pour toucher l'argent de son assurance

le
0
L'homme, criblé de dettes, espérait toucher 500.000 euros. Il avait tracé sur le sol «Michel kill», à la manière de l'affaire Omar Raddad. Toujours à l'hopital, il a finalement avoué les faits.

Omar Raddad n'a pas fini d'inspirer, et pas seulement au cinéma. Il y a six mois, c'est un bijoutier, retrouvé agonisant dans le sous-sol de sa boutique, qui aurait mis en scène sa propre attaque à la manière de cette affaire, du nom du jardinier condamné puis partiellement gracié pour le meurtre de Ghislaine Marchal, selon la radio RTL.

La scène se passe à Paris, dans le XVIe arrondissement, le 16 mars dernier. Un homme de 53 ans est retrouvé criblé de deux balles : une au thorax et une au flanc. Au sol, il a écrit avec son propre sang «Michel Kill» («Michel tue»). L'homme qui finit par se rétablir parle aux policiers d'un braquage qui aurait mal tourné, et désigne son associé comme l'agresseur.

Mais au bout de six mois, le coupable est démasqué : il s'agit de la «victime» elle-même, criblée de dettes, qui aurait inventé toute l'histoire pour récupérer l'argent de l'assurance, soit 500 000 euros. L'homme en convalescence a avoué en début de semaine les

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant