Un Bayern asthmatique se défait du Bayer

le
0
Un Bayern asthmatique se défait du Bayer
Un Bayern asthmatique se défait du Bayer

Sur une pente très glissante, les Bavarois se sont imposés sans convaincre grâce à des buteurs peu orthodoxes (Thiago et Hummels). Friables, peu inspirés, mis à mal : Carlo a du pain sur la planche.

Bayern Munich 0-0 Bayer Leverkusen

Buts : Thiago Alcantara (30e), Hummels (56e) pour le Bayern // Calhanoglu (35e) pour Leverkusen

Un nul contre Hoffenheim, puis deux défaites étalés sur Bundesliga (Dortmund) et Ligue des Champions (Rostov, bien moins pardonnable). Rummenigge qui descend le mode de vie de Boateng. Le Bayern abordait ce match aussi proche que possible de la crise. Symbole s'il en est, Lewandowski et surtout Müller sont loin, très loin de leur véritable niveau. Si le Bayern de Carlo Ancelotti ne déjoue pas forcément, si les compositions sont cohérentes (4-3-3 avec des ailiers sur les ailes et des milieux au milieu), il souffre de la méforme de ses deux fers de lance. L'an dernier, au même stade, Lewandowski pesait 14 pions et 2 assists, Müller 11 et 3, soit la bagatelle de 30 pions. Cette saison, ces chiffres sont tombés à 7-2 pour l'un, 0-3 pour l'autre. Près de deux tiers en moins. Une paille. Incapable d'être tracté par son attaque, pénalisé par un milieu plus aussi dominant qu'auparavant, le Bayern manque d'air. Alors il doit se trouver de nouvelles bouteilles d'oxygène. Aujourd'hui, elles se nommaient Hummels et Thiago, dont les buts sont une rareté sur lesquels il est impossible de construire. Si cette victoire permet aux Bavarois de remonter vers la surface de la tête du classement, il faudra autre chose pour rattraper ceux qui volent.

À bout de souffle


Le début de match confirme ainsi les maux bavarois. Sur une remise de la tête de Thiago alerté par Lahm, Müller pousse son pied pour reprendre dans son style si dégingandé. À côté. Peu après, c'est Robert Lewandowski qui n'arrive pas à frapper dans la surface au duel avec Heinrich, et chute. Malgré les tentatives d'Hummels d'ouvrir, vaines sans relais, le Bayern ne s'en sort pas face au solide bloc de Leverkusen, tenu par un bon gros Tah. Alors Carlo tente une Pep: Xabi recule d'un cran, Kimmich prend le couloir droit, Lahm bascule dans le demi-espace. Toujours est-il qu'un David Alaba remuant reste le plus grand danger

Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant