Un avocat nationaliste emblématique abattu en Corse

le
1
UN ANCIEN AVOCAT D'YVAN COLONNA ABATTU EN CORSE
UN ANCIEN AVOCAT D'YVAN COLONNA ABATTU EN CORSE

AJACCIO (Reuters) - L'ancien avocat d'Yvan Colonna, Antoine Sollacaro et un autre nationaliste corse ont été abattus mardi en Corse, ce qui porte à 15 le nombre d'homicides dans l'île depuis le début de l'année.

L'ex-bâtonnier du barreau d'Ajaccio a été tué mardi vers 09h00 au volant de sa voiture dans une station-service du centre d'Ajaccio où il avait l'habitude de s'arrêter pour acheter son journal.

L'assassinat de cette figure du nationalisme corse a provoqué une vive émotion dans l'île et sur le continent où la Conférence des bâtonniers a dénoncé "un acte inqualifiable à l'égard d'un homme qui consacrait sa vie à la Défense".

"Quand la robe de l'avocat est attaquée, c'est un des symboles de l'Etat de droit qui est mis en cause", a déclaré le ministre de l'Intérieur, Manuel Valls.

"Face à une telle violence, je veux dire aux habitants de la Corse que le combat pour leur sécurité est mené avec la plus grande résolution", a-t-il ajouté dans un communiqué.

Antoine Sollacaro, 63 ans, a été l'un des avocats d'Yvan Colonna, condamné à perpétuité pour l'assassinat du préfet de Corse Claude Erignac en 1998. Il s'était retiré de la défense lors du dernier procès devant la cour d'assises spéciale de Paris.

Père de deux enfants, il était considéré comme le plus brillant pénaliste de l'île après avoir obtenu quelque 70 acquittements et s'était rendu célèbre par ses envolées lyriques.

Il était également proche d'Alain Orsoni, aux côtés duquel il avait milité dans les années 1990 au sein du Mouvement pour l'autodétermination (MPA).

"L'INFRANCHISSABLE A ÉTÉ FRANCHI"

Mardi matin, il a été suivi par deux hommes à moto, un pilote et un tireur, qui a fait feu à plusieurs reprises sur l'avocat avec une arme semi-automatique de calibre 11.43 avant de l'achever d'une balle dans la tête à bout portant.

La scène a été filmée par la caméra de vidéo-surveillance de la station-service.

"L'infranchissable a été franchi", a déclaré le maire divers gauche d'Ajaccio, Simon Renucci, qui s'est rendu sur la scène du crime.

L'actuel bâtonnier d'Ajaccio, Marc Maroselli, s'est déclaré abasourdi. "C'était l'avocat le plus emblématique d'Ajaccio", a-t-il souligné.

Pour la Conférence des bâtonniers, Antoine Sollacaro était "un défenseur engagé assumant sa mission et son engagement avec compétence, conviction et passion."

Le corps d'un autre militant nationaliste, Jean-Dominique Allegrini-Simonetti, avait été retrouvé un peu plus d'une heure plus tôt, criblé de balles dans sa voiture à Aregno, un village de Haute-Corse situé à 60 km de Bastia. Cet homme de 51 ans était proche de l'ancien mouvement clandestin Armata Corsa (armée corse).

Le double assassinat de mardi intervient dans un climat de tensions agitant tant les milieux nationalistes que le banditisme insulaire.

Les autorités ont dénombré 15 assassinats et neuf tentatives depuis le mois de janvier sur l'île.

Face à la montée des tensions, les ministres de l'Intérieur et de la Justice, Manuel Valls et Christiane Taubira, qui avaient prévu de se rendre sur l'île, pourraient se rendre en Corse plus vite que prévu.

Roger Nicoli, avec Gérard Bon à Paris, édité par Yves Clarisse

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • LeRaleur le mardi 16 oct 2012 à 15:02

    Un avocat est bien mieux qu'un préfet ? La Corse ne connaît pas l'état de droit. Le seul droit est celui de la m*a*f*i*a.