Un avocat kurde de renom tué dans le sud-est de la Turquie

le , mis à jour à 18:40
0
 (Actualisé avec circonstances de l'incident) 
    ANKARA, 28 novembre (Reuters) - Un avocat kurde de renom, 
militant des droits civiques, a été tué d'une balle dans la tête 
lors d'une fusillade en pleine rue samedi à Diyarbakir dans le 
sud-est de la Turquie. 
    Les circonstances de l'incident demeurent pour l'instant peu 
claires. Selon des témoins, Tahir Elci, qui était le bâtonnier 
du barreau local, a été abattu peu après avoir fait une 
déclaration publique concernant la destruction d'un minaret 
historique lors de heurts dans cette ville à majorité kurde en 
proie à des violences.  
    "Dès que la déclaration a été terminée, la foule a été prise 
sous le feu des balles", a déclaré Omer Tastan, responsable 
local du Parti démocratique des peuples (HDP, pro-kurde) 
    "Elci a été atteint par une seule balle dans la tête", 
a-t-il dit ajoutant que 11 personnes avaient été blessées lors 
de cet incident. 
    Le ministre de l'Intérieur Efkan Ala, accompagné par le 
ministre de la Justice Bekir Bozdag lors d'une conférence de 
presse, a lui expliqué qu'une fusillade avait éclaté lorsque des 
coups de feu visant la police avaient été tirés depuis une 
voiture non identifiée. 
    "Tahir Elci a été pris dans un échange de coups de feu entre 
la police et les terroristes", a dit Efkan Ala, sans préciser si 
des interpellations avaient eu lieu. 
    Pour le Premier ministre Ahmet Davutoglu, il n'a pas encore 
été établi si l'avocat avait été pris dans la fusillade ou s'il 
avait été assassiné. 
    Le HDP a, lui, qualifié cet incident "d'assassinat planifié" 
et a appelé à une manifestation qui a rassemblé plusieurs 
centaines de personnes à Istanbul scandant "Solidaire contre le 
fascisme" et "Tahir Elci est immortel". 
    "La place laissée vacante par Tahir Elci sera reprise par 
des milliers d'autres Tahir Elci qui poursuivront la lutte pour 
le droit et la justice", a indiqué le HDP. 
    La police a dispersé les protestataires par des tirs de 
grenades lacrymogènes et à l'aide de canons à eau. 
    La formation pro-kurde a affirmé que l'avocat était la cible 
du Parti de la justice et du développement (AKP) au pouvoir et a 
demandé que les partis politiques, la société civile et les 
organisations professionnelles "fassent entendre leurs voix" en 
signe de protestation.  
    Tahir Elci avait été arrêté et emprisonné en octobre pour 
avoir déclaré sur la chaîne de télévision CNN Türk que le Parti 
des travailleurs du Kurdistan (PKK) n'était pas un groupe 
terroriste tout en condamnant le recours à la violence. 
    Cette déclaration avait provoqué la colère du ministère 
public et des poursuites avaient été engagées contre l'avocat. 
     
 
 (Gulsen Solaker,; Nicolas Delame pour le service français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant