Un attentat sur un marché du Xinjiang fait 31 morts

le
3
ATTENTAT MEURTRIER AU XINJIANG CHINOIS
ATTENTAT MEURTRIER AU XINJIANG CHINOIS

par Megha Rajagopalan et Li Hui

PEKIN (Reuters) - Un attentat commis jeudi à l'aide de deux véhicules sur un marché d'Urumqi, la capitale du Xinjiang dans l'ouest de la Chine, a fait 31 morts et 94 blessés, rapporte la Télévision centrale chinoise, la télévision d'Etat.

Le ministère de la Sécurité publique a qualifié l'événement de "grave incident terroriste violent" et a annoncé que des mesures d'urgence avaient été prises, sans plus de détails.

Plusieurs attaques à l'arme blanche ou attentats à la bombe commis ces derniers mois ont été imputés par les autorités chinoises aux séparatistes ouïghours, communauté musulmane turcophone du Xinjiang.

Jeudi, les véhicules ont foncé dans la foule sur un marché en plein air à 07h50 (23h50 GMT mercredi), précise l'agence de presse officielle Chine nouvelle en s'appuyant sur les récits de témoins. Des bombes ont été jetées par les fenêtres de ces véhicules puis un des deux véhicules a explosé.

Un témoin a déclaré à Reuters avoir constaté les dégâts provoqués par les explosions en se rendant au travail. "L'air était saturé d'odeur de poudre et résonnait de sanglots", a-t-il dit. "Il y avait tellement de victimes, des personnes âgées qui faisaient le marché du matin."

Un commerçant a dit à Chine nouvelle avoir entendu une dizaine de fortes détonations sur le marché situé près de Renmin Park, dans le centre d'Urumqi. Le quartier a été bouclé par les forces de l'ordre.

Des photos diffusées sur les réseaux sociaux et censées avoir été prises sur les lieux des explosions montrent une colonne de fumée et des scènes de chaos sur le marché, des corps ensanglantés gisant sur le sol près d'étals de fruits, de légumes et d'oeufs.

"Il y a eu deux véhicules qui se sont précipités comme des fous en direction du marché matinal (...) il y a assurément des gens qui sont morts", a dit un témoin ayant requis l'anonymat, interrogé au téléphone par Reuters.

"C'était le chaos sur le marché. Les commerçants et les clients ont commencé à courir partout. Il s'agit sans aucun doute d'un acte terroriste. Je suis tellement en colère."

Par ailleurs, un avion de ligne qui assurait la liaison entre Shanghai et Urumqi a été contraint jeudi d'atterrir à Nankin pour des "raisons de sécurité nationale", a-t-on appris auprès d'une employée de la compagnie chinoise Juneyao Airlines.

ATTAQUE LA PLUS MEURTRIÈRE DEPUIS DES ANNÉES

Le Xinjiang est en proie à des violences depuis des années. Des représentants en exil des Ouïghours et des organisations de défense des droits de l'homme dénoncent une répression menée par la Chine contre la culture et la langue de cette communauté, ce qui expliquerait sa radicalisation.

Dans un courriel envoyé à Reuters, Dilxat Raxit, porte-parole du Congrès ouïghour mondial, en exil, ne s'est pas prononcé sur l'identité des auteurs de l'attaque mais a estimé que Pékin devait revoir sa politique dans la région.

"L'instabilité et les politiques répressives dans la région ont en lien direct avec les événements", a-t-il dit. "J'exhorte Pékin à ne pas se servir de cet incident comme d'une excuse pour accroître sa répression au lieu de chercher à améliorer une situation qui se détériore."

La Chine a accentué sa répression ces dernières semaines, emprisonnant des dizaines de militants ouïghours présumés, accusés, entre autres, de propagande extrémiste et de fabrication d'armes.

Le président chinois Xi Jinping a annoncé que la police "renforcerait ses patrouilles et ses contrôles aux abords des cibles potentielles d'attaques terroristes", a rapporté Chine nouvelle. Il a promis de "punir sévèrement les terroristes."

L'attaque "devrait être condamnée conjointement par le peuple chinois et la communauté internationale", a déclaré un porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères, Hong Lei. "Le gouvernement chinois est confiant dans sa capacité à combattre les terroristes", a-t-il dit lors de son point presse quotidien.

S'exprimant sur un site de micro-blogging en chinois, les Etats-Unis ont présenté leurs condoléances aux victimes de cette "violente attaque".

L'attentat de jeudi est le plus meurtrier d'une série d'attaques visant des lieux publics en Chine et attribuées par les autorités chinoises aux militants islamistes du Xinjiang.

En mars, 29 personnes ont été mortellement poignardées dans une gare de Kunming, dans le sud-ouest. Début mai, une attaque à la bombe et à l'arme blanche a fait un mort et 79 blessé à la gare d'Urumqi.

En octobre, une voiture avait pris feu place Tiananmen à Pékin, tuant cinq personnes. Les autorités chinoises avaient qualifié l'événement d'attaque terroriste.

(Bertrand Boucey et Mathilde Gardin pour le service français, édité par Danielle Rouquié)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • LeRaleur le jeudi 22 mai 2014 à 15:00

    La Chine va faire ce qu'il faut pour éradiquer la mauvaise herbe. Et là, ils sont forts.

  • python75 le jeudi 22 mai 2014 à 14:04

    LOL... Tiens... Il n'y a pas de volontaires pour aller faire le jihad en Chine ? Pour aider vos frères ouïghours musulmans? ok... Vous préférez la Syrie? En fait les musulmans sont comme les catholiques... racistes! Ou alors 2ème option vous ch.iez dans votre froc? Et vous auriez raison... Les chinois ne vont pas se faire e.mme.rder par 6 barbus et 2 k.onnes voilées!!!

  • poggi.hp le jeudi 22 mai 2014 à 13:56

    Petit à petit l'oiseau fait son nid... en espérant pour les chinois que leur gouvernement est plus de force et moins d'oeilleres que nos gouvernements européens..