Un assassinat confirme le soutien de Téhéran à Damas

le
0
Tué par des rebelles syriens, Hassan Chateri, qui se présentait comme un envoyé spécial de Téhéran en charge de la reconstruction au Liban, était en fait un commandant des Gardiens de la révolution en mission secrète.

Correspondante au Caire

Sur sa carte de visite, frappée du drapeau iranien embrassant un Cèdre, il s'appelait Hessam Khochneviss, «directeur du comité iranien pour la reconstruction du Liban». Dans sa vraie vie, l'envoyé spécial de Téhéran chargé de remettre sur pied à coup de pétrodollars iraniens la banlieue chiite de Beyrouth, ratiboisée par les missiles israéliens de 2006, avait pour vrai nom Hassan Chateri. À l'ombre de ses activités «caritatives», il n'était autre qu'un cadre haut placé des Gardiens de la révolution en mission secrète à Beyrouth.

Jeudi, la révélation posthume de sa véritable identité par l'agence de presse Fars, après l'annonce de son assassinat entre Damas et le Liban par des rebelles syriens a mis fin...



Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant