Un artiste américain se lance dans la lutte contre les drones

le
4
Adam Harvey s'est lancé dans la fabrication de vêtements et accessoires permettant de déjouer les techniques de surveillance des appareils. Ses créations suscitent la polémique outre-Atlantique.

«In privacy we trust» («Dans la vie privée nous croyons»). Le slogan choisi par Adam Harvey résume le combat de cet artiste newyorkais, porte-drapeau des opposants aux technologies susceptibles de violer la vie privée. Les caméras de surveillance mais surtout les drones sont dans sa ligne de mire.

Adam Harvey est devenu le symbole de cette lutte grâce à sa collection de vêtements baptisée «Stealth Wear» (vêtements furtif). L'artiste a imaginé des capuches, écharpes..., fabriqués dans un tissu métallisé capable de dissimuler les signatures thermiques corporelles et donc de devenir invisible aux yeux des systèmes d'imageries thermiques qui peuvent équiper les drones. Cette ligne de vêtements est présentée comme «une vision de la mode qui répond à la hausse de la surveillance, au pouvoir de ceux qui surveillent et au besoin grandissant de contrôler ce que nous perdons progressivement: notre vie privée», explique Adam Harvey sur son site internet. Ces vêtemtents s'adressent à tous les profils, du dissident politique qui se pense traqué au citoyen lambda qui refuse de voir un drone commercial suivre ses traces.

Plus que leur étrange design, ce sont les prix de ces vêtements qui font polémique: compter 350 dollars pour la capuche, 450 dollars pour l'écharpe ou encore 2500 dollars pour un vêtement inspiré de la burqa... Le prix à payer pour protéger sa vie privée, selon l'artiste. Pour le moment, aucun autre styliste n'a osé se lancer sur ce nouveau créneau. «Je pense que nous nous adressons à un marché qui n'a pas encore été exploité. C'est une nouvelle ère», s'enthousiasme la designer Johanna Bloomfield, qui a participé à la création de la collection au côté d'Adam Harvey.

Sûr d'avoir flairé le bon filon, l'artiste a développé en parallèle une série d'accessoires permettant de déjouer les techniques de captage de données. Comme cette housse pour téléphone capable de bloquer les signaux entrant ou sortant de l'appareil. Une fois glissé dedans, le téléphone disparaît des radars de détection. Impossible de se faire repérer ou de faire l'objet d'écoutes. Commercialisé en juillet dernier, la Off Pocket est en rupture de stock malgré son prix de 100 dollars.

L'opinion divisée

Adam Harvey travaille sur ces objets de camouflage depuis plusieurs années. En 2010, il consacrait sa thèse au CV Dazzle, une technique de coiffure et de maquillage qui permet de perturber les systèmes de reconnaissance faciale. Inspiré des pratiques utilisées pendant la Seconde guerre mondiale, le CV Dazzle consiste par exemple à se dessiner des formes abstraites sur les joues dans le but de brouiller les traits du visage.

Considérés jusqu'ici comme les projets artistiques fous d'un artiste paranoïaque, ces vêtements et accessoires ont pris une nouvelle dimension avec les récentes révélations sur les programmes d'écoutes de la NSA. Aux États-Unis, il s'ouvre de nouvelles perspectives puisqu'en 2015, 30.000 drones civils auront l'autorisation de voler dans l'espace aérien. De l'Europe à l'Asie, en passant par l'Afrique, les drones devraient rapidement s'imposer dans les airs. «Cela ouvre la porte à de nombreux abus. Et c'est un problème global», assure Adam Harvey.

Outre-Atlantique, les projets de l'artiste divisent l'opinion. Interrogé sur les Stealth Wear, Guy Cramer, spécialiste du camouflage militaire, confiait au Guardian en mars dernier que «les seules personnes qui ne veulent vraiment pas être vues sont celles qui ont quelque chose à se reprocher».

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • Aeldar le lundi 9 déc 2013 à 11:49

    il est question, évidemment, de drones militaires.Pour les contrer, brouiller... bonne chance.

  • lm123457 le dimanche 8 déc 2013 à 22:36

    «les seules personnes qui ne veulent vraiment pas être vues sont celles qui ont quelque chose à se reprocher». Ben non. Je vous recommande le texte de Bernanos :http://www.ogmdangers.org/enjeu/philosophique/document/Bernanos.htm (toujours retirer les espaces inutiles).

  • combiera le samedi 7 déc 2013 à 20:37

    bravo, moi je suis prêt à rejoindre gratos un groupe qui étudierait des contre-mesures 1/ aveugler les systèmes de vision? 2/ camouflages par émission de brouillards? 3/ systèmes de leurres? 3/ émissions de brouillage des communications ou du système de commande? 4/ destruction par visée laser? ....

  • r.edavni le samedi 7 déc 2013 à 16:41

    J'espère que cet imb.écile de Harvey ira faire la promotion de ses vêtements à la c.on en Irak et mettra le pied sur une bom.be antipersonnelle, on verra bien sa réaction par la suite... Les USA devrait lui retirer le droit de vivre sur le sol américain !