Un Argentin inculpé dans l'enquête sur la Fifa se livre en Italie

le , mis à jour à 17:45
0

(Actualisé avec détail des charges retenues contre Burzaco) ROME, 9 juin (Reuters) - L'homme d'affaires argentin Alejandro Burzaco, dont la justice des Etats-Unis réclame l'extradition dans le cadre de son enquête sur des faits présumés de corruption au sein de la Fifa, s'est livré mardi à la police italienne. Burzaco, qui détient aussi la nationalité italienne, s'est volontairement rendu dans un commissariat de police de Bolzano, dans le nord du pays, a annoncé la police italienne, confirmant des informations données par des médias argentins. Le chef de la police du Trentin, Giuseppe Ricario, a déclaré à une station de radio argentine que Burzaco était accompagné par ses avocats. Visé par un mandat d'arrêt international, il a été placé en détention dans l'attente de l'examen de la demande d'extradition vers les Etats-Unis. Il est l'un des quatorze suspects inculpés par la justice des Etats-Unis dans le scandale de corruption qui a balayé la fédération internationale de football, entraînant l'annonce de la démission de son président, Sepp Blatter. Deux autres hommes d'affaires argentins, Hugo Jinkis et son fils Mariano, sont également recherchés. Ils sont toujours en liberté. Burzaco, qui a dirigé la société de marketing sportif Torneos y Competencias, et les Jinkis, qui contrôlent une autre société du même secteur, Full Play, sont accusés de s'être entendus pour remporter des droits de retransmission télévisée de compétitions de football en corrompant des responsables de fédérations. Burzaco, qui a été démis de ses fonctions par le conseil d'administration de Torneos, fait parallèlement l'objet d'une enquête pour évasion fiscale de l'AFIP, le fisc argentin. De ce fait, Buenos Aires pourrait également réclamer son extradition. (Antonella Cinelli avec Eliana Raszewsk et Hugh Bronstein à Buenos Aires; Henri-Pierre André pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant