Un architecte imagine une ville roulante

le
4
EN IMAGES - Et si la ville de demain n'était pas ancrée dans le sol ? C'est en tout cas le projet fou d'un architecte espagnol qui compte sur les déplacements inéluctables de populations pour développer une agglomération itinérante.

Les architectes sont coutumiers des projets extravagants: de l'Aerotel (un hôtel aérien «flottant» au-dessus de l'eau et relié à un ponton par de larges rampes d'accès) au Rock Stadium (un stade de foot construit sous le sable dans le désert) en passant par le «gratte-ciel durable» (une structure écologique formée de trois tours qui s'entremêlent et sont reliées par une énorme sphère au sommet...), tous trois restés pour l'instant au stade de projets.

Mais cette fois, l'architecte espagnol Manuel Dominguez a mis la barre encore plus haut en imaginant une ville mobile arrimée à une immense plate-forme roulante. Une ambition née dans le cadre d'un travail de fin d'études. Le jeune architecte étant diplômé de l'ETSA (Ecole Technique Supérieure d'Architecture), près de Madrid. Tout droit sorti de sa tête, ce projet baptisé «Very Large Structure» est ambitieux: construire une cité capable de conduire ses citoyens à travers la Terre tels des nomades. L'architecte espère ainsi anticiper un monde qui serait, selon lui, davantage en proie à des bouleversements climatiques ou des crises alimentaires obligeant les populations à se déplacer de leur lieu d'origine.

Une arche de Noé «utopique» pouvant accueillir 5000 personnes

La ville serait constituée de plusieurs logements pouvant accueillir un total de 5.000 personnes, des structures de production énergétique, des bâtiments industriels, et même une université. Quant aux habitants, ils pourraient voyager à l'extérieur grâce à des zeppelins, ces grands dirigeables aérodynamiques. La ville, reposant sur une plate-forme géante, avancerait grâce à de multiples «pieds» montés sur des chenilles.

Si l'architecte estime le projet utopique, il souligne néanmoins l'importance que sa conception soit théoriquement possible. «J'ai décidé de mettre au point un projet qui était de la science-fiction tout en étant réalisable si quelqu'un osait le construire» a-t-il expliqué au site Gizmodo. «J'ai calculé un poids maximum de 400.000 tonnes pour la structure. Au-delà du coût de construction d'une telle ville, il faudra étudier le terrain sur lequel elle se déplace et s'assurer que le tout ne coule pas», a-t-il ajouté.

Un projet écologique et social... qui ne date pas d'aujourd'hui

Selon le site d'architecture Archdaily, cette structure, malgré sa taille énorme, aurait peu d'impact sur l'écosystème environnant. La mobilité de la ville devant encourager le reboisement des villes «statiques» que ce projet se propose de remplacer, tout en permettant de s'adapter au cycle des saisons ; l'hiver en se déplaçant vers les pays chauds et inversement. Une initiative qui se veut également sociale... puisqu'elle devrait fournir évidemment du travail au nombre élevé de citoyens sans emploi en Espagne, souligne le site.

L'architecte précise que la ville roulante - dont la durée des travaux de construction est estimée à deux ans - serait à peu près aussi grande que le gratte-ciel londonien Gherkin, dit «le cornichon», situé dans le quartier d'affaires de la City. Quant aux ressources nécessaires pour sa construction, elles ne seraient pas si grandes en comparaison de celles occasionnées pour l'édification de certains des plus grands bâtiments du monde, estime le site Gizmodo.

Si le concept de Manuel Dominguez ne date pas de cette année - en 1964, l'architecte britannique Ron Herron avait imaginé une «Walking City» et, plus récemment, un cabinet d'architecture suédois a proposé une expérience de «bâtiments roulants» sur des chemins de fer-, l'architecte est le premier a vraiment avoir dépassé le stade de l'image illustrée en dévoilant des plans (à découvrir ici).

SERVICE:

» Retrouvez toutes les annonces immobilières avec Explorimmo

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • laquitta le vendredi 22 nov 2013 à 11:23

    Un peu de lecture de science fiction et vous retrouvez tous ces projets "futuristes"! ils n'ont pas eut à chercher très loin

  • vg le vendredi 15 nov 2013 à 13:56

    Si vous êtes incapables de rever et d'imaginer un autre monde monde vos vies doivent être bien tristes

  • d.gui44 le mardi 12 nov 2013 à 16:42

    Pauvre mec

  • ETIHAD le dimanche 10 nov 2013 à 14:55

    Un architecte imagine une ville roulante: ...FAUT VRAIMENT ARRÊTER LA MOQUETTE !!!