Un architecte hongrois présente une "maison en eau" économe en énergie

le
0
Matyas Gutai, qui a décroché une subvention de l'Union européenne, affirme que son projet suscite l'intérêt d'architectes et de promoteurs du monde entier. AFP PHOTO / ATTILA KISBENEDEK
Matyas Gutai, qui a décroché une subvention de l'Union européenne, affirme que son projet suscite l'intérêt d'architectes et de promoteurs du monde entier. AFP PHOTO / ATTILA KISBENEDEK

(AFP) - Une maison aux murs remplis de beaucoup d'eau: c'est l'idée que teste, presque grandeur nature, un architecte hongrois en quête de solutions pour réduire les besoins de l'humanité en énergie.

"Imaginez un bâtiment sans isolation, mais dont l'intérieur bénéficie d'un équilibre thermique idéal grâce aux propriétés de l'eau", résume Matyas Gutai, 34 ans, qui développe son projet et le fait breveter pas à pas depuis une décennie.

Loin de Genève, où l'on négocie cette semaine dans l'espoir d'un accord à la conférence de Paris sur le climat (COP21) en fin d'année, l'inventeur a bâti un petit prototype dans sa ville natale de Kecskemét, au sud de Budapest.

La plupart des murs du bâtiment sont des panneaux de verre doublés, dont les intervalles sont remplis d'eau. Exposée au soleil, celle-ci absorbe la chaleur, à la manière d'une batterie de voiture qui se charge en roulant. 

L'eau restitue cette chaleur quand le temps devient froid, à la manière d'un convecteur. Le besoin de sources de chauffage extérieures, et donc la consommation d'énergie, sont limitées d'autant.

La conception de la "maison en eau" permet aussi une isolation parfaite, bien que ses murs ne mesurent que cinq centimètres d'épaisseur - une économie supplémentaire, cette fois en matériaux de construction.

- Le Japon comme source d'inspiration - 

"Il n'existe aucune autre structure dans laquelle vous soyez complètement entouré de volumes d'eau reliés entre eux", assure Matyas Gutai à l'AFP. "Et cette eau, en utilisant ses propriétés naturelles, est capable de déplacer l'énergie là où elle est nécessaire. Elle absorbe, stocke, chauffe, refroidit, et équilibre la température intérieure".

Matyas Gutai, qui a décroché une subvention de l'Union européenne, affirme que son projet suscite l'intérêt d'architectes et de promoteurs du monde entier.

La Hongrie est célèbre pour ses bains thermaux. Plutôt que dans les thermes de Budapest, c'est pourtant dans un onsen, un bain thermal de plein air japonais, que l'architecte a eu la révélation de son idée en 2003, alors qu'il étudiait l'architecture durable à Tokyo. 

Ce féru du Japon dit s'être aussi inspiré de l'aïkido, un art martial dans lequel la victoire s'offre à qui sait profiter de la puissance déployée par l'adversaire.

"Vous utilisez sa force à votre avantage, vous le faites tomber en vous coulant hors de son attaque plutôt qu'en la bloquant", décrit Matyas Gutai. "C'est en m'imprégnant de cette technique que je me suis intéressé de plus en plus à l'eau, qui ne résiste pas mais qui répond autrement, intelligemment" quand elle est bloquée.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant