Un ancien ministre poursuivi pour corruption en Algérie

le
0
Alger a lancé un mandat d'arrêt international contre Chakib Khelil, dans l'affaire de la Sonatrach.

La justice algérienne a lancé un mandat d'arrêt international contre Chakib Khelil, ancien ministre de l'Énergie, ex-PDG du groupe pétrolier Sonatrach, et contre huit autres personnes, dont son épouse, ses deux enfants, un de ses hommes de confiance, Farid Bedjaoui, et son ex-directeur de cabinet Réda Hemch. Tous sont recherchés dans le cadre d'une énième affaire de corruption liée à la Sonatrach, cette fois avec l'entreprise italienne d'ingénierie Saipem, filiale du géant pétrolier ENI.

Chakib Khelil, dont les comptes et les biens immobiliers en Algérie ont été gelés, est poursuivi pour «corruption, trafic d'influence, blanchiment d'argent et direction d'une association de malfaiteurs et d'une organisation criminelle internationale». «Une pieuvre dont les tentacules s'étendent jusqu'au Liban, en Italie, aux Émirats arabes unis, en France et en Suisse», ...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant