Un ancien gardien d'Auschwitz jugé à 94 ans en Allemagne

le , mis à jour à 09:02
3
Un ancien gardien d'Auschwitz jugé à 94 ans en Allemagne
Un ancien gardien d'Auschwitz jugé à 94 ans en Allemagne

«Ce procès aurait dû se tenir il y a 40 ou 50 ans. Mais même maintenant, il n'est pas trop tard pour se représenter ce qui a eu lieu», témoigne un rescapé d'Auschwitz, Justin Sonder. Le procès de Reinhold Hanning, ancien gardien du camp, âgé de 94 ans, s'ouvre ce jeudi en Allemagne. Il est poursuivi pour complicité de mort d'au moins 170 000 personnes entre janvier 1943 et juin 1944. Il encourt 3 à 15 ans de prison, une peine essentiellement symbolique vu son âge.

L'état de santé de l'ancien gardien ne permettra que deux heures d'audiences par jour. Le parquet lui reproche d'avoir été l'un des rouages de l'extermination. Jeune ouvrier engagé à 18 ans dans les Waffen SS, parti combattre dans les Balkans puis sur le front russe, Hanning a été transféré début 1942 à Auschwitz. Membre des Totenkopf, unité SS sanglée dans un uniforme à tête de mort, il était affecté au camp de base Auschwitz-I tout en surveillant à l'occasion la rampe d'arrivée de Birkenau, dit Auschwitz-II. A la différence des précédents procès, l'accusation ne se limite plus aux meurtres dans les chambres à gaz, mais englobe les exécutions sommaires et «l'extermination par les conditions de vie».

Une quarantaine de parties civiles sont venues des Etats-Unis, du Canada, d'Israël et d'Angleterre. «Chaque rescapé porte en lui son Auschwitz», a déclaré Thomas Walther, l'un de leurs avocats. 

Moins de 50 SS du camp condamnés

«Sans ces gens et leur soutien actif à l'Holocauste (...), le meurtre de 1,1 million de personnes en quelques années n'aurait pas été possible, et de nombreux membres de ma famille seraient peut-être vivants», a expliqué Angela Orosz, 71 ans, qui fut l'un des deux seuls bébés à survivre à Auschwitz. Cette retraitée canadienne d'origine hongroise, née peu avant Noël 1944 témoignera pour «maintenir en vie» la mémoire des victimes de la Shoah, et parce qu'elle estime que tout le personnel du camp ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M3609791 il y a 11 mois

    Il n'est JAMAIS trop tard pour juger et condamner. JAMAIS.

  • M4661438 il y a 11 mois

    c bien, à force ils obtiennent l'effet inverse du but recherché..........

  • frk987 il y a 11 mois

    94 ans, il va dire qu'il ne se souvient de rien....et qui va payer ce procès stupide ????? C'était avant 1965 qu'il fallait agir...pas aujourd'hui, c'est autant stupide que si l'on poursuivait les staliniens franchouillards complices des crimes de Staline et encore vivants car lui est mort en 53.