Un ancien de l'EI livre une "mine d'or" sur 22.000 partisans

le
2
    par Guy Faulconbridge 
    LONDRES, 10 mars (Reuters) - Un ancien membre de l'Etat 
islamique a transmis à la chaîne de télévision britannique Sky 
News des milliers de fiches identifiant 22.000 partisans du 
groupe djihadiste d'au moins 51 pays, ce qui pourrait aider 
grandement l'Occident à identifier des extrémistes susceptibles 
de préparer des attentats. 
    Sky News a expliqué que son informateur, se disant 
"désabusé", lui avait remis une clé USB dérobée au chef de la 
police interne de l'EI et contenant ces données.  
    L'homme, qui se fait appeler Abou Hamed, se présente comme 
un ancien rebelle de l'Armée syrienne libre (ASL) qui avait 
rejoint par la suite l'Etat islamique. A l'en croire, ce sont 
d'anciens militaires du parti Baas, au pouvoir en Irak du temps 
de Saddam Hussein, qui contrôlent le groupe Etat islamique.  
    "Il prétend que les règles islamiques auxquelles il croit se 
sont totalement effondrées au sein de l'organisation, le 
poussant à partir", explique Sky News. 
     
    FORMULAIRES DE RECRUTEMENT 
    Les documents ressemblent à des formulaires de recrutement 
contenant 23 entrées, dont le nom du sympathisant, son lieu de 
naissance et son niveau d'éducation, les noms de ses proches, 
des numéros de téléphone et d'autres détails comme le ou les 
professions qu'il a exercées, ou le nom de la personne qui le 
recommande. 
    L'un des dossiers, intitulé "martyrs", fournit des 
précisions sur un groupe de membres de l'EI entraînés à devenir 
des kamikazes, indique Sky News. 
    Selon la chaîne, certains noms sont déjà bien connus des 
services de renseignement mais les documents pourraient 
contribuer à l'identification d'extrémistes précédemment 
inconnus des autorités de leur pays.  
    Pour Richard Barrett, ancien chef des services 
antiterroristes au sein du MI6, ces documents sont un "coup 
formidable" dans la lutte contre l'EI. "C'est une mine d'or 
d'informations, d'une grande importance et du plus haut intérêt 
pour beaucoup de monde, notamment pour les services de sécurité 
et de renseignement", a-t-il dit à Sky News. 
    Raffaello Pantucci, directeur des études sur la sécurité 
internationale à l'institut Royal United Services de Londres, 
tempère quelque peu cet enthousiasme. 
    "Cela semble être un peu ancien", dit-il. "Très intéressant 
tout de même, et un véritable cadeau pour les chercheurs qui 
veulent en savoir plus sur le groupe", ajoute-t-il. 
     
    AUCUN COMMENTAIRE EN FRANCE 
    Sky dit avoir informé les autorités britanniques de 
l'existence de ces documents, remis à son correspondant Stuart 
Ramsay par ce transfuge de l'EI. 
    "Je l'ai rencontré en un endroit secret de Turquie, et il 
m'a dit que l'EI était en train d'abandonner son siège à Rakka 
(ndlr, dans le nord-est de la Syrie) et qu'il le transférait 
dans le désert du centre de la Syrie puis en Irak, le pays de 
naissance du groupe", précise Stuart Ramsay. 
    En France, cible le 13 novembre d'attaques revendiquées par 
l'EI, le ministère de l'Intérieur n'a pas souhaité commenter ces 
informations. 
    D'après le quotidien britannique The Guardian, le ministre 
allemand de l'Intérieur, Thomas de Maizière, a confirmé pour sa 
part que ces documents étaient réels et a ajouté qu'ils allaient 
permettre des enquêtes accélérées et faciliter la compréhension 
des "structures sous-jacentes de cette organisation terroriste". 
 
 (avec Estelle Shirbon à Londres et Mark Hosenball à Washington; 
Jean-Stéphane Brosse et Eric Faye pour le service français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • charleco il y a 9 mois

    C'est là qu'on voit ceux qui protègent les islamistes.

  • delapor4 il y a 9 mois

    Ce n'est pas malin de l'avoir révélé. Que cherchent-ils? A protéger leur allié objectif l'EI?