Un ancien de JPMorgan nommé à la tête de Barclays

le
0
UN ANCIEN DE JPMORGAN PREND LA DIRECTION DE BARCLAYS
UN ANCIEN DE JPMORGAN PREND LA DIRECTION DE BARCLAYS

par Steve Slater

LONDRES (Reuters) - Barclays a annoncé mercredi la nomination de James 'Jes' Staley, ancien patron de la division de banque d'investissement de JPMorgan & Chase, au poste de directeur général, avec une rémunération fixée à 8,24 millions de livres (11,42 millions d'euros) par an.

James Staley, dont le nom circulait depuis plusieurs semaines pour le poste, prendra ses nouvelles fonctions le 1er décembre.

Dans un communiqué, le président de Barclays, John McFarlane, met en avant les qualités de leadership et l'expérience de Jes Staley qui, ajoute-t-il, permettront d'accroître la valeur actionnariale et de relancer la stratégie de Barclays.

"En particulier, il est un spécialiste de la banque d'entreprise et d'investissement, dont le repositionnement est l'une de nos priorités majeures", souligne John McFarlane.

Dans son premier message aux salariés, Jes Staley a dit vouloir mener à son terme la "nécessaire transformation" des activités de banque d'investissement et ajouté que Barclays devait éviter la "confrontation" avec les autorités du secteur.

La rémunération de James Staley se décomposera en un salaire fixe de 1,2 million de livres, des allocations au titre de ses fonctions de 1,15 million de livres en actions et 400.000 livres en numéraire, ainsi qu'un bonus annuel susceptible d'atteindre 5,5 millions.

Il recevra à son arrivée environ 1,9 million de livres d'actions Barclays pour compenser la perte d'options sur des titres JPMorgan auxquelles il devra renoncer.

Né à Boston, James Staley, 58 ans, est actuellement l'un des associés de la société de gestion de fonds BlueMountain Capital Management, une société américaine de fonds d'arbitrage ("hedge funds").

À MI-CHEMIN DE LA RESTRUCTURATION

Il dirigeait auparavant l'ensemble des activités de banque d'investissement et de gestion d'actifs de JPMorgan, un groupe pour lequel il a travaillé pendant 34 ans avant de rejoindre BlueMountain début 2013.

Le poste de directeur général de Barclays était vacant depuis le limogeage en juillet d'Antony Jenkins, conséquence de divergences avec le conseil d'administration sur le rythme du redressement du groupe.

Barclays est aujourd'hui à mi-chemin d'un plan de réorganisation de trois ans qui prévoit 19.000 suppressions de postes, dont 7.000 dans la banque d'investissement. Le groupe est par ailleurs toujours menacé par plusieurs litiges.

Investisseurs et analystes estiment que la priorité de Staley sera de redonner confiance aux salariés et de définir une stratégie claire pour la banque d'investissement après des années d'incertitude.

John McFarlane, qui dirige lui-même la division de banque d'investissement depuis le départ d'Antony Jenkins, a déclaré qu'il connaissait bien James Staley et qu'ils étaient tous deux d'accord sur la route à suivre, notamment la nécessité d'accélérer l'amélioration de la rentabilité.

Jes Staley, a-t-il ajouté, est bien conscient de "l'importance du changement de culture et de la nécessité de diriger nos activités d'une manière dont nous puissions être fiers", a-t-il poursuivi.

UBS a par ailleurs annoncé la démission de Jes Staley de son conseil d'administration et des différents comités au sein desquels il siégeait.

(Véronique Tison et Marc Angrand pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant