Un an après les attentats, Sting au Bataclan pour une liesse cathartique

le
0
Sting lors du concert de réouverture du Bataclan, le 12 novembre 2016.
Sting lors du concert de réouverture du Bataclan, le 12 novembre 2016.

Le chanteur a offert un concert hommage aux victimes du–-Novembre et à ses fans pour la réouverture de la salle

Aurélien le cuistot, la gueule de Serge Gainsbourg tatouée dans le cou, a perdu son ami, Mathieu, au Bataclan le– novembre 2015. Dans la queue qui patiente sous le crachin pour le concert de Sting qui célèbre la réouverture de la salle, samedi 12 novembre, il vient de s’en faire un nouveau. Celui-là, appelons-le « X » parce qu’il ne veut pas parler, ni qu’on parle de lui, « tout a déjà été dit » dit-il tristement.

Aurélien lui tape sur l’épaule. Face à l’horreur chacun réagit différemment. Un an qu’Aurélien le volubile n’est pas sorti, pendant six mois il a été suivi par des psys. Il n’était pas à l’Olympia lorsque les Eagles of Death Metal sont venus terminer le concert interrompu au Bataclan par des rafales de kalachnikovs. Aujourd’hui on ne peut plus l’arrêter de parler. « Je viens d’être interviewé par la télévision coréenne, la télévision vietnamienne… » Il raconte « les gens qui tombaient comme des dominos… » X, lui, remonte le col de son caban. Il est venu seul, n’a rien dit à son entourage, ne cache pas son inquiétude. Mais les deux hommes s’accordent sur une chose : pour eux, il était important d’être là. « Un devoir », dit Aurélien.

Trois fouilles – la police qui a barré le boulevard Voltaire, les vigiles… – avant d’atteindre l’entrée. Et là, dans la salle déjà grouillante de vie, X d’un coup respire. Les salles ont-elles une âme ? On le sent surpris : la salle est vivante. Il n’y a pas d’autre mot. Avec d’autres rescapés il l’avait visitée pendant les trava...

Retrouvez cet article sur LeMonde.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant