Un an après les attentats, l'appel des 100 à la fraternité

le
0
Un an après les attentats, l'appel des 100 à la fraternité
Un an après les attentats, l'appel des 100 à la fraternité

Le mot est légèrement pompeux. Pourtant, derrière son acception un peu vague, la « fraternité » cache des hommes et des femmes qui agissent chaque jour pour répondre à l'urgence du vivre-ensemble. Alors que la tentation du repli sur soi et la menace de la fracture sociale n'ont jamais été aussi forte que depuis les attentats, la fraternité est devenue un enjeu majeur pour la bonne marche de la société française. Face à ce constat et aux tensions qui perdurent -- les dernières en date étant celles survenues lors de l'évacuation des campements de migrants ou lors des manifestations nocturnes de policiers en colère -- « Le Parisien » - « Aujourd'hui en France » a décidé de soutenir le mouvement populaire Fraternité générale. Jusqu'au 10 novembre, son président, le philosophe Abdennour Bidar, appelle à « aller au-devant des autres, se parler, débattre, organiser des concerts ou des repas. L'idée est de faire tomber les distances sociales et culturelles », explique-t-il. Chiche ! répond notre journal en lançant son Appel des 100 pour la fraternité.

 

 

Sportifs de haut niveau, religieux, patrons, syndicalistes, stars du petit écran, inépuisables associatifs, députés, écrivains, dessinateurs, victimes des attentats... Ils sont tous différents mais tous d'accord pour exhorter à la bienveillance. Dans nos colonnes, ils livrent « leur » idée — traditionnelle, décalée voire iconoclaste — pour transformer les paroles en actes... Inscrite sur le marbre de notre devise républicaine, enracinée dans son étymologie — frater-frère — pour l'union des peuples, ses porte-voix en sont sûrs : la fraternité mérite bien un engagement citoyen à quelques jours de commémorer la date « anniversaire » des funestes attentats du 13 Novembre. Parce qu'elle vaut bien aussi une fête, des rendez-vous culturels, conviviaux, sportifs sont organisés partout en France. Avec l'objectif d'inscrire cette main tendue dans la ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant