Un an après le 13-Novembre, encore 600 suivis psychologiques

le
0
    PARIS, 8 novembre (Reuters) - Une vingtaine de personnes 
sont toujours hospitalisées et 600  autres suivies pour des 
troubles psychologiques un an après les attentats du 13 novembre 
2015, a indiqué mardi la secrétaire d'Etat chargée de l'Aide aux 
victimes. 
    "Il y a aujourd'hui une vingtaine de personnes qui sont 
encore hospitalisées", a dit Juliette Méadel sur France 2. "Sur 
ces 20, il y en a onze qui sont en hôpital de jour, neuf qui (y) 
sont encore à temps plein". 
    "Et n'oublions surtout pas qu'il y a aujourd'hui 600 
personnes qui sont encore suivies pour des troubles 
psychologiques", a-t-elle ajouté, soulignant que ces troubles 
"profonds et parfois invisibles" produisaient des conséquences 
dramatiques sur l'état de santé. 
    Les attentats du 13 novembre à Paris et à Saint-Denis 
revendiqués par l'Etat islamique (EI) ont fait 130 morts et des 
centaines de blessés.  
    A ce stade, 2.800 dossiers de demande d'indemnisation ont 
été déposés devant le Fonds de garantie des victimes d'actes de 
terrorisme et d'autres infractions (FGTI). Sur ce total, 90% ont 
déjà reçu des débuts d'indemnisation et certains des règlements 
définitifs, a précisé Juliette Méadel.  
 
 (Marine Pennetier, édité par Henri-Pierre André) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant